Copa America 2016

13 juin 2016 06:11; Act: 13.06.2016 09:05 Print

Le Pérou élimine le Brésil avec une «main de dieu»

C'est un but marqué de la main du péruvien Raul Ruidiaz qui a signé dimanche l'élimination du Brésil de la compétition panaméricaine.

storybild

Le Brésil n'est pas parvenu à égaliser, et a perdu donné son billet pour les quarts de finale au Pérou. (12 juin 2016) (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux ans après l'humiliante déroute de «sa» Coupe du monde, le Brésil a vécu un nouveau camouflet dimanche, avec son élimination de la Copa America 2016 dès la phase de poules après une défaite très controversée face au Pérou (1-0), dimanche.

Les supporters de la Seleçao n'avaient sans doute jamais entendu parler d'Andres Cunha ou même de Raul Ruidiaz: le premier est un arbitre uruguayen, le second joue dans le club péruvien d'Universitario, et tous deux sont les nouveaux cauchemars du football brésilien.

Alors qu'elle pouvait se contenter d'un nul pour aller en quarts de finale, la Seleçao est tombée de haut après un but inscrit à la 75e minute par Ruidiaz qui a propulsé le ballon dans le but brésilien, sur un centre d'Andy Polo, en s'aidant d'un bras.

Andres Cunha a dans un premier temps validé le but, avant d'être assailli par les joueurs brésiliens, furieux, qui lui ont indiqué que le buteur s'était servi de son bras.

L'arbitre, désemparé, s'est alors rapproché de l'un de ses adjoints et a tenté de consulter le quatrième arbitre par liaison radio, tout en repoussant les joueurs des deux équipes qui tentaient de faire entendre leurs versions.




Dunga se cache derrière le but

Après de longues minutes de discussions et de confusion, l'officiel a finalement confirmé sa première décision et validé le but péruvien. Les images vidéo prises selon différents angles confirmaient dans la foulée que Ruidiaz avait bien trompé le gardien brésilien avec son bras.

Malgré ses efforts, dont une dernière occasion gaspillée par Elias dans le temps additionnel, le Brésil n'est pas parvenu à égaliser et à arracher le nul qui lui aurait offert la première place du groupe B et donné son billet pour les quarts de finale.

Le but non-valable était le seul élément retenu par le sélectionneur Dunga pour expliquer la défaite de son équipe qui a pourtant joué avec le feu et n'a pas concrétisé ses occasions, en première période notamment.

«Je suis sûr que les supporters brésiliens ont vu le match et ont vu comment le Brésil a été éliminé», a lancé l'ancien international rappelé à la tête du Brésil en juillet 2014, quelques semaines après la déroute de le demi-finale du Mondial-2014 contre l'Allemagne (7-1).

«Il n'y a aucun moyen d'anticiper ce genre de choses, l'équipe a été éliminée par quelque chose qui n'a rien à voir avec le football, je ne comprends pas ce qu'a fait l'arbitre, qui ou quoi il a consulté», a-t-il fulminé.

«Il y avait clairement main, mais on ne peut rien faire contre cela», a-t-il conclu.

Un parcours indigne

Sans surprise, Ricardo Gareca, le sélectionneur du Pérou, a tenu un tout autre discours: «Je n'ai pas vu encore les images, mais je ne commente pas les décisions arbitrales», a-t-il insisté.

«Le Pérou a mérité sa victoire», a-t-il ajouté.

A la surprise générale, c'est donc la «Blanquirroja» qui poursuit sa route et affrontera la Colombie de James Rodriguez en quart de finale vendredi, tandis que l'Equateur, vainqueur plus tôt de Haïti (4-0), défiera le pays-hôte, les Etats-Unis.

Même si cette élimination a des circonstances atténuantes, Dunga risque de se retrouver à nouveau sous pression. Son équipe n'a pas montré grand chose lors de ce tournoi, avec un nul 0-0 contre l'Equateur pour son entrée en lice, puis une nette victoire (7-1) contre Haïti, impressionné pâr l'enjeu.

Sous sa direction, le Brésil avait été éliminé dès les quarts de finale de la Copa America 2015 au Chili et a pris un départ laborieux dans les qualifications sud-américaines pour le Mondial-2018 en Russie.

Le Brésil avait il est vrai abordé cette Copa America 2016 sans sa star Neymar, ménagée en vue des Jeux olympiques où il tentera à Rio d'offrir le seul titre qui manque à son pays.

Dunga, sacré champion du monde en 1994 aux Etats-Unis justement, veut croire en son avenir: «Il n'y a pas de solutions rapides, il faut être patient», a-t-il espéré.

La Copa du Centenaire ne réussit en tout cas pas aux cadors: avant le Brésil, l'Uruguay, équipe la plus titrée dans la doyenne des compétitions continentales, avait déjà mordu la poussière.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • P.W. le 13.06.2016 07:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A quand 8 arbitres ?

    Je me suis souvent demandé à quoi sert l'arbitre derrière la ligne de fond... une fois encore j'ai la réponse.

  • Kobalt le 13.06.2016 11:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme si c'était la première fois !

    Tout est dans l'article ; "Les images vidéos montrent...." La planète entière a accès à ces vidéos. Tout le monde sauf...les personnes qui ont le plus de responsabilités et qui sont les plus exposées sur le terrain, les arbitres ! Sachez que ce genre de choses n'est ABSOLUMENT PAS de la faute des êtres humains que sont les arbitres. La faute en revient entièrement aux dirigeants du foot mondial (J'allais écrire "corrompus ", mais c'est un pléonasme ), hélas soutenus par une frange rétrograde des amateurs de foot pour qui "la vidéo ralentirait le jeu ".... Parce que les discussions sans fin sur le terrain, ça ne ralentit pas le jeu, peut-être ? On oubliera également très vite les pseudo-philosophes pleurnichant sur "la tendance à tout contrôler ", alors que les mêmes ricanent des images montrant un sélectionneur se grattant... Il n'y a aucune raison valable que le sport le plus populaire du monde reste le plus arriéré et le plus vulnérable aux tricheries et aux magouilles. Sauf pour ceux qui en profitent, bien évidemment...

  • Samy le 13.06.2016 08:03 Report dénoncer ce commentaire

    Fallait gagner

    Il fallait simplement gagner... Déjà sur la Video, il faut regarder 2-3 fois pour bien comprendre ce qu'il se passe, alors sur le terrain en vitesse réelle...

Les derniers commentaires

  • Ticino le 14.06.2016 07:21 Report dénoncer ce commentaire

    La facilité à défaut de la connaissance

    Encore une fois une faute de jugement inexplicable !! La honte, avec 5 arbitres, de plus il y l'écran dans le stade... Mais encore vous rapportez ( les chroniqueurs, car journalistes sportif...non) à la place de mettre la main de dieu, qui a été utilisé, usé...vous auriez pu reprendre, "la mano de adios " qui aurait montrez que vous suivez la copa del centenario !!! Ah les amateurs....

  • Leo do Brasil le 13.06.2016 18:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    meo Brasil

    au Brasil pour retrouver cette nation de foot , il faut . 1 en club , vider tous les entraineurs qui gardent leur facon de jouer et renove rien. 2 payer les salaires des joueurs en retard 3 a 6 mois et ca dans tous les clubs. 3 regarder le foot moderne et encore l ameliorer ca ils peuvent avec des gens qui naissent balle aux pieds. 4 pour la selecao un entraineur d europe pour diriger les joueurs bresiliens d europe. 5 on retrouvera notre BRASIL

  • berk le 13.06.2016 16:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    maître

    Maradona a trouvé son élève...Pérou gagnera la Copa comme son maître?

  • Aribloom le 13.06.2016 13:57 Report dénoncer ce commentaire

    Football - tout le monde triche

    Le "sport Roi" n'est que le reflet du monde dans lequel nous vivons. Un sport où tout le monde triche. Depuis les instances dirigeantes des Fédérations, en passant par la FIFA, jusque sur le terrain où les joueurs jouent en direct devant nos yeux ébahis "la commedia dell'arte". Platini n'a jamais voulu de la vidéo alors que tous les autres sports l'ont adoptée depuis des lustres. Peut-être avait-il déjà peur de se faire prendre - lui aussi - la main dans le sac!?!

  • David le 13.06.2016 12:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Eh oui

    Me réjouis de savoir combien de fois les français vont parler de ça hahahahaha Henry Henry Comédie club