Coupe du Roi

03 février 2011 07:03; Act: 03.02.2011 07:09 Print

Le Real rejoint le Barça en finale pour un «Clasico»

Les deux mastodontes du football espagnol, le FC Barcelone et le Real Madrid, se retrouveront en finale de la Coupe du Roi, le 20 avril, après avoir respectivement éliminé Almeria et Séville mercredi.

Résumé du match Real-Séville

Sur ce sujet
Une faute?

Le Barça, vainqueur 5-0 à l'aller, s'est imposé 3-0 à Almeria. Court vainqueur à Séville (1-0), le Real a dû attendre les dernières minutes (82e, but d'Özil, et 90e 4, but d'Adebayor) pour se libérer et se qualifier face au tenant du titre (2-0).

Ce sera la première finale de Coupe du Roi entre le Barça, 25 fois vainqueur de l'épreuve, et le Real, titulaire de 17 trophées, depuis 1990. Le Barça l'avait emporté 2-0 à Valence.

Hasard du calendrier, le Real et le Barça se seront opposés trois ou quatre jours avant, le 16 ou le 17 avril, pour la revanche du «Clasico» en Liga (victoire 5-0 pour le Barça au Camp Nou).

Le Real, qui a perdu sa dernière finale (2004) et n'a plus gagné la «Copa del Rey» depuis 1993, avait grand besoin de cette qualification pour oublier sa défaite de dimanche à Pampelune (1-0) et ses désormais sept points de retard sur le Barça en Championnat.

Comme lors des derniers matches, l'équipe de José Mourinho a eu des difficultés face au but, avec des maladresses énormes de Benzema (5e) et Cristiano Ronaldo (31e). Özil, buteur de sang froid à la 82e, a chassé le spectre d'une terrible prolongation et Adebayor s'est offert son premier but au Real dans les dernières secondes (90e 4).

Séville peut sans doute s'en vouloir de ne pas avoir pris un peu plus de risques en attaque avant le premier but madrilène.

Le Barça sans pression

Le Barça, récent vainqueur de la Coupe (2009), n'avait aucune pression à Almeria après l'écrasante victoire de l'aller (5-0). Et il a encore corrigé l'équipe andalouse (3-0).

Avec seulement deux titulaires habituels présents sur le terrain au coup d'envoi, Busquets et Alves, le Barça n'a presque jamais été inquiété et a donné un aperçu de la richesse de son banc.

Le latéral polyvalent Adriano, remplaçant d'Abidal ou d'Alves, a ouvert la marque à la 35e minute. Le jeune Thiago (56e) et la nouvelle recrue, le Néerlandais Ibrahim Afellay (66e), ont scellé la victoire «blaugrana».

(afp)