Football

16 novembre 2019 11:10; Act: 16.11.2019 11:10 Print

Le buteur providentiel qui revient de très loin

par Robin Carrel, St-Gall - Cédric Itten a sauvé un bout de patrie, vendredi soir, chez lui, à St-Gall. A 22 ans, il a déjà connu de sacrées émotions

Sur ce sujet
Une faute?

Le 23 septembre 2018, son club de Saint-Gall, où il venait d'être transféré définitivement du FC Bâle contre un demi-million de francs après un premier prêt convaincant, rencontrait le FC Lugano. Cédric Itten a reçu le ballon à l'orée des 16 mètres et a tenté sa chance de volée. Fabio Daprela, le défenseur tessinois a tenté d'intervenir, le choc a été terrible et les images le sont tout autant.

Le genou de l'attaquant de 189 cm n'a pas résisté au choc. Verdict de la faculté: fissure du ligament interarticulaire du genou. Le défenseur tessinois s'est excusé et a été suspendu pour six rencontres. Itten, lui, a dû prendre son mal en patience et travailler comme un acharné pour revenir. Il l'a fait en toute fin de saison et a même joué deux minutes lors de l'ultime rencontre de l'exercice face au FC Zurich en guise de récompense. Le bout du tunnel.

Le buteur formé au FC Bâle a directement repris de bonnes habitudes et déjà enfilé sept buts, toutes compétitions confondues, avec le FC Saint-Gall, jolie surprise du début de la Super League 2019-2020. Il a même connu le bonheur ultime pour lui, en étant convoqué samedi dernier par Vladimir Petkovic en remplacement de Josip Drmic, forfait pour ce rassemblement comme bon nombre de joueurs offensifs.

Lundi, alors qu'il enfilait pour la première fois le survêtement de l'équipe de Suisse «A» (il avait été sélectionné dans toutes les catégories de jeunes auparavant), il répondait aux questions de la télévision alémanique avec les yeux d'un lapin pris dans les phares d'une voiture. Une interview de quatre minutes et quatre secondes chrono, où le jeune homme enchaînait les «geil», les «unglaublich» et les «uberglücklich», sans arriver à en dire plus.

Cet intérêt médiatique ne s'est de loin pas tari depuis son but décisif, qui a sans doute projeté son pays à l'Euro 2020, qualifié sa contrée pour une quatrième grande compétition d'affilée. C'est d'ailleurs lui qui a été envoyé devant les médias samedi en milieu de journée, peu avant que les Suisses ne décollent pour Gibraltar, où il faudra finir le travail contre une des plus faibles sélections de la planète football.

Vendredi soir, dans les entrailles de «son» Kybunpark, où il a déjà vécu tant de choses, il avait déjà assuré le service après-vente de son but: «C'est incroyable ce qui m'arrive, mais au-delà de ma réussite personnelle, c'est surtout important pour l'équipe. Mon but? Je dois encore l'analyser, mais je ne me suis pas posé de question lorsque le ballon est venu. J'ai frappé de la tête, punkt schluss!» C'est pourtant un poil plus compliqué que ça

Six minutes après son entrée en jeu au relais d'un Albian Ajeti transparent, Itten n'avait alors effleuré que deux ou trois fois le cuir, grand maximum. Mais ses deux touches suivantes allaient faire basculer «son» public - qui l'avait tant réclamé - dans une douce euphorie.

Car c'est lui, quelques secondes avant le 1-0, qui a réussi un une-deux à l'entrée des 16 mètres, au relais de Granit Xhaka. Ensuite, il a eu le flair de se décaler idéalement au deuxième poteau, pour accueillir le ballon judicieusement enroulé de Denis Zakaria. Le reste? Du talent. Une belle page de tournée, aussi.

Football

(nxp)