Football - Euro 2020

15 octobre 2019 18:12; Act: 16.10.2019 00:21 Print

La Suisse fait un grand pas vers l'Euro

par Robin Carrel, Genève - La Suisse n'a guère tremblé, face à l'Irlande (2-0), en match de qualification pour l'Euro 2020. Encore deux succès et elle sera de la fête l'été prochain.

Sur ce sujet
Une faute?

Ouf! Après des semaines de doutes et de buts encaissés tardivement, la formation de Vladimir Petkovic a enfin tenu bon. Les Suisses ont vaincu des Irlandais toujours aussi limités, mais qui évoluaient dans leur élément, sur la pelouse détrempée d'un Stade de Genève arrosé toute la journée par les cieux. Pas de quoi faire trembler la sélection à croix blanche, qui a bien redressé la barre après sa mortifiante défaite danoise, samedi à Copenhague (1-0).

L'équipe de Suisse n'a (heureusement) pas eu à gamberger trop longtemps. Sur sa première véritable occasion de la rencontre, Haris Seferovic a profité de l'abnégation de Manuel Akanji à la récupération et d'une habile déviation d'Admir Mehmedi pour ouvrir la marque dès la 16e minute. Sevré de but depuis son triplé contre la Belgique il y a onze mois, l'attaquant de Benfica a trompé Darren Randolph d'une frappe puissante du gauche, prise juste en-dehors de la surface de réparation.

Poteau de Schär

Malgré la blessure à une cuisse de Mehmedi, les Helvètes ne voulaient pas en rester là. A la 29e, Stephan Lichtsteiner a frappé du gauche juste à côté. Huit minutes plus tard, c'est Fabian Schär qui a enveloppé un amour de ballon de 25 mètres. Manqué de peu. Dans la foulée, la troupe de Vladimir Petkovic aurait pu bénéficier d'un penalty, si l'arbitre de la rencontre, le Polonais Szymon Marciniak, avait jugé bon de sanctionner la main de Glenn Whelan.

Seferovic, encore lui, a voulu volleyer trop fort à la 44e et envoyé le ballon dans le ciel de la Cité de Calvin. Le Lucernois est ensuite passé tout près d'enflammer les 24'766 spectateurs à la 52e, mais sa tête a été bien claquée par Randolph. Juste après l'heure de jeu, Fabian Schär a quant à lui vu sa tête sur corner aller mourir sur le poteau gauche irlandais.

Penalty manqué

Ces derniers ont réagi comme attendu, quasi uniquement sur coups de pieds arrêtés. Mais la tête de John Egan (41e) a trouvé Yann Sommer sur son chemin. En début de seconde période, les hommes de Mick McCarthy ont commencé à exercer plus de pression. Jugulée par un adversaire qui a réussi à reprendre le contrôle du ballon. Ils ont même terminé à 10 à la suite de l'expulsion de leur capitaine Seamus Coleman. Dommage que les Helvètes n'aient pas profité du penalty de cette 77e pour se mettre définitivement à l'abri. Surtout quand on connaît sa capacité à encaisser des buts en fin de match Mais cette fois, ça a tenu, malgré l'échec de Ricardo Rodriguez face à Randolph!

Mieux, Edimilson Fernandes a enfilé le 2-0 au bout des arrêts de jeu.

Avec ce succès, les Suisses se sont non seulement offert un peu de crédit, mais aussi pas mal d'air. S'ils veulent jouer le prochain championnat d'Europe, qui se disputera dans douze villes différentes l'été prochain, il leur reste à «faire le travail» au mois de novembre. La troupe de Vladimir Petkovic doit batttre la Géorgie à domicile et s'imposer ensuite à Gibraltar trois jours plus tard – rien de bien insurmontable – et elle sera de la fête pour les soixante ans de la compétition, sans avoir besoin de passer par des barrages au printemps prochain. Robin Carrel, Genève

Réactions

Yann Sommer: «Quel plaisir, je suis très heureux pour l'équipe. Avant le match rien n'a été facile, nous avons dû faire face à une grande pression. Nous avons joué avec beaucoup de courage et avec du coeur. L'Irlande est venue très fort. Sa force est de jouer des longs ballons, de tout baser sur la puissance physique. Nous étions bons dans les duels, nous nous sommes bien battus. En jouant comme cela, nous allons prendre de nombreux points dans le futur.»

Haris Seferovic: «Je pense que nous avons fait un bon match. Il a fallu se battre, car les conditions de jeu n'ont pas permis à notre équipe de développer son jeu habituel. Le premier but inscrit en première mi-temps a mis la Suisse sur de bons rails. Et puis ensuite, nous avons dû cravacher, travailler jusqu'en fin de match. Nous avons beaucoup tiré au but et nous nous sommes créés de nombreuses d'occasions. En ce qui concerne la qualification, elle n'est pas encore mathématiquement acquise, mais nous avons de bonnes chances de la décrocher. Nous allons tout de même devoir tout donner face à des équipes qui n'auront plus rien à gagner.»

Edimilson Fernandes: «Nous sommes très contents. Nous avions besoin de gagner cette rencontre. Cela n'a pas été pas facile pour moi de rentrer dans de telles circonstances, mais j'ai réussi à me mettre tout de suite dans le match. J'avais déjà joué au poste de latéral en Angleterre, donc à la sortie de Lichtsteiner j'ai pu m'adapter à cette position inhabituelle pour moi.»

Suisse - Irlande 2-0 (1-0)

Stade de Genève, 24'766 spectateurs. Arbitres: Marciniak, Sokolnicki/Listkiwicz.

Buts: 16e Sferovic 1-0. 93e Fernandes 2-0.

Suisse: 1 Sommer; 4 Elvedi, 22 Schär, 5 Akanji; 2 Lichtsteiner (69e 8 Freuler), 17 Zakaria, 10 Xhaka, 13 Rodriguez; 18 Mehmedi (28e 20 Fernandes), 9 Seferovic, 7 Embolo (88e 11 Steffen). Sélectionneur: Vladimir Petkovic.

Irlande: 23 Randolph; 2 Coleman, 5 Egan, 4 Duffy, 3 Stevens; 6 Whelan; 13 Hendrick, 8 Browne, 11 McClean; 17 Connolly (69e 10 Hogan), 22 Collins (46e 18 O'Dowda). Sélectionneur: Mick McCarthy.

Notes:La Suisse notamment sans Shaqiri (blessé). 28e, Mehmedi sort sur blessure. 63e, tête de Schär sur le poteau. 77e, Randolph arrête un penalty de Rodriguez.

Avertissements: 32e, Xhaka. 32e, Coleman. 34e, Browne. 47e, Akanji. 55e, Hendrick. 66e, Duffy. 76e, Coleman.

Expulsion: 76e, Coleman.

Football

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Droudrou1393 le 15.10.2019 23:16 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo !

    Bravo l équipe ! C est de loin pas parfait mais vous êtes sur la bonne voie. Belle ambiance au stade et vive la Suisse ! Go pour l Euro ! Bisous à tous ces frustrés haineux qui rêvaient d'une défaite suisse :)

  • Sedunis le 15.10.2019 23:30 Report dénoncer ce commentaire

    Sedunis

    Dernièrement je crois que Schär a dit. "On fera les comptes à la fin". Alors on les fera à la fin. C'est pas fini, il reste deux matchs qu'il faut remporter. Et seulement après on pourra être content. Mais notre Nati a fortement augmenté ses chances ce soir !!!!

  • Cricri le chene le 15.10.2019 23:15 Report dénoncer ce commentaire

    3 points

    Un match difficile sur un terrain digne de la 5ème ligue.

Les derniers commentaires

  • Guss le 16.10.2019 10:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aux français

    C'est le 20minutes français ici?! mdr. Commentez sur les actualités et les problèmes de votre pays avant de venir nous titiller ;) faut pas être jaloux

  • edelweiss le 16.10.2019 09:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    moi j'ai tremblé

    le titre me fait rire. heureusement qu'ils étaient à 10 car ils auraient reçu un but à la fin

    • Thierry le 16.10.2019 18:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @edelweiss

      plutôt la suisse n a guère tremblé.

  • Vouzaittenull le 16.10.2019 09:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Continuez de pleurer!

    À chaque victoire de la Nati, on a droit à un véritable concert de lamentations et de pleurnicheries; c'est systématique! " On aurait dû gagner avec plus de buts.... c'était pas une équipe forte.... tous les ancêtres des joueurs n'étaient pas sur le Grütli.... j'ai dû attendre pour ma saucisse.... j'ai dû chercher une place de parc... et oouuiiinnn, oouuiiinnn, oouuiiinnn.... " Non mais sérieux! Bravo pour cette victoire de l'équipe d'un petit pays qui a su intégrer des joueurs venus d'autres horizons, symbole même de la Suisse actuelle où cohabitent harmonieusement des gens d'autres langues, d'autres cultures, d'autres religions, dans un monde où d'autres s'entre-massacrent pour une différence d'accent. Et tant pis pour les Scrogneugneus, bas-du-front et autres ventres-à-bière qui chialent sur le bas-côté.

    • Vouzaittebon le 16.10.2019 09:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Vouzaittenull

      Très bien dit! Y en a parfois marre de ces gens toujours à pleurer et à critiquer. À croire qu' il faut avoir peur de gagner ou même d'être content dans ce pays! On critique - encore! - nos voisins Français pour leur chauvinisme, mais je préfère franchement cela au misérabilisme helvète.

    • Aléa jacta est le 16.10.2019 10:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Vouzaittenull

      Ça reste un scandale et quand il y a un scandale, je me plains. Ça fait de moi un bon suisse

    • Aléa jacta est le 16.10.2019 10:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Vouzaittebon

      Les français sont des cas sociaux... En parler, c'est déjà trop...

    • Vouzaittenull le 16.10.2019 10:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Aléa jacta est

      Et c'est quoi, ici, le scandale? Juste pour savoir... Que la Suisse ait gagné?

    • Joël le 16.10.2019 10:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Vouzaittebon

      Le pays des pleurnichards... Que voulez-vous.

    • Aléa jacta est le 17.10.2019 17:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Vouzaittenull

      Je parlais de ces plaintes dont tu parles plus haut: On aurait dû gagner avec plus de buts.... c'était pas une équipe forte.... tous les ancêtres des joueurs n'étaient pas sur le Grütli.... j'ai dû attendre pour ma saucisse.... j'ai dû chercher une place de parc... Même si c'est pas grand chose pour certains humains, ça reste des scandales au niveau national

  • Rafco le 16.10.2019 08:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo

    J aime l'équipe de Suisse et je lui dis bravo car elle est la quand il le faut. Des fois avec et des fois sans la manière mais elle y arrive toujours. Et ceux qui n arrivent pas à s y identifier, c'est pas grave... ruminez votre haine et shuuutttt

  • John Paupe le 16.10.2019 08:27 Report dénoncer ce commentaire

    Plus jamais la Nati à La Praille !

    Organisation honteuse, pas de places de parking, la Police te renvois sur l'autoroute et débrouille toi, (d'ailleurs il y a plus de policiers que de places pour se garer) difficulté pour entrer dans le stade, pelouse pour cultiver des patates, stade mal entretenu, plus de 20 minutes pour avoir une saucisse frites et après la commande, il faut attendre les frites sur le côté. Pas d'ambiance, si, pardon, les 5 dernières minutes ! Non franchement, honteux un stade comme celui-ci.

    • Sam Aegerter le 16.10.2019 09:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @John Paupe

      Entièrement d'accord. On nous avait promis des efforts! Le personnel est incompétent, lent et c'est lamentable. Ce stade de Genève est d'une organisation pathétique. Quelle honte!

    • Paupe type. le 16.10.2019 09:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @John Paupe

      L'ambiance, c'est le public qui la fait! Mais évidemment, si il est en train de pleurer pour ses frites...

    • JOHN WAYNE le 16.10.2019 11:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @John Paupe

      on a pas dû se rendre au même stade... bon, y aller en bus et avec un esprit positif, ça change tout n'est-ce pas? C'est vrai que devoir attendre pour des frites, c'est très grave et ça impacte votre vie... Quant au gazon, on s'en fiche on a gagné !!!

    • Jérome Valberzt le 16.10.2019 11:39 Report dénoncer ce commentaire

      La Praille CATA

      Genève c'est de l'amateurisme ! Allez à Bâle ou Berne et vous allez voir de l'organisation au top ! Si la Nati joue parfois à la Praille, c'est comme pour faire du social en quelque sorte !