Football - Angleterre

15 mai 2019 17:56; Act: 15.05.2019 17:56 Print

Le faire-valoir qui devient super-star

par Robin Carrel - Jed Steer n’avait joué qu’un match avec Aston Villa pendant cinq ans et demi, mais l’Anglais vient d’emmener le club de Birmingham à Wembley.

Sur ce sujet
Une faute?

C’est l’histoire d’un gardien d’aujourd’hui 26 ans, mis gratuitement sous contrat par Aston Villa en 2013 et qui n’y avait joué qu’une rencontre en l’espace de cinq saisons et demi. Entre temps, il a occupé la cage des Doncasters Rovers 17 fois, de Yeovil Town à 16 reprises, à Huddersfield Town pour 38 matches et ce début de saison, à Charlton, pour 20 rencontres. Mais à la suite d’une cascade de blessures, la formation de Villa Park a dû le rappeler, et c’est là que la belle histoire commence.

A peine de retour à Birmingham où il devait assurer le coup en tant que deuxième gardien de Lovre Kalinic (acheté la bagatelle de 10 millions de francs), à la suite de la blessure à un tendon d’Achille d’Orjan Nyland. Mais le Croate s'est blessé à son tour (commotion cérébrale) et l’Anglais a réussi de telles prouesses que son entraîneur Dean Smith n’a plus jamais pu s’en passer. A tel point que Kalinic a fini par choisir de se faire opérer et laisser le champ libre à son collègue et néanmoins successeur...


Mal en point dans la course à la promotion, les «Villans» se sont mis à tout renverser sur leur passage en fin d’exercice. Steer a été excellent lors du «Second City Derby» le 10 mars sur la pelouse adverse de Birmingham City (0-1) et Aston Villa a enchaîné ensuite la bagatelle de dix succès d’affilée en Championship. Un record pour l’équipe gagnante de la Coupe des Champions 1982 (1-0 contre le Bayern Munich à Rotterdam). La machine était lancée vers des play-off où les Birminghamiens étaient attendus pour un nouveau derby, contre West Bromwich Albion, cette fois.


Il y a un an, Aston Villa avait manqué la promotion d’un rien, battu par Fulham, réduit à dix, lors de la finale de Wembley. Cette fois, les «Claret and Blue» ont eu très chaud en demi-finale contre un WBA… réduit à dix à l’aller comme au retour! Ils ont été menés à domicile samedi dernier, avant de s’imposer grâce à deux buts en quatre minutes de Conor Hourihane (75e) et de Tammy Abraham (79e). Au retour, ils ont rapidement encaissé le but de l’égalisation (les buts à l’extérieur ne comptent pas double dans ce beau pays de football) et ont ensuite butté pendant 40 minutes sur le mur érigé par les «Baggies».


Lors des tirs au but, Steer a arrêté les deux premiers envois adverses, non sans l’avoir joué au bluff face au premier tireur et en dansant ensuite sur sa ligne ensuite. «Je les ai arrêtés, c’est aussi simple que ça, a-t-il expliqué après la rencontre. On a beaucoup travaillé ça, j’ai dû en encaisser quelque chose comme 150 ces dernières semaines à l’entraînement. Après, si j’en avais stoppé deux et que les gars n’avaient pas mis les leurs au fond… J’étais alerte juste au cas où en fin de match. Mais quand on est arrivés aux penaltys, je m’en réjouissais. Je n’avais jamais participé à une série de tirs au but au cours de ma carrière! Mon but était d’en arrêter un. En détourner deux, c’est juste incroyable.»


Pour que l'histoire soit belle jusqu'au bout, il faudra finir le travail à Wembley et retrouver une Premier League que les «Villans» avaient piteusement quittée en 2016. Ce sera à Wembley, donc, le 27 mai prochain (un «bank holiday» en Angleterre) à 16 heures, contre un adversaire encore à déterminer entre le Leeds de Marcelo Bielsa et Derby County (match retour mercredi soir; aller 1-0). Quelques arrêts encore et Jed Steer pourrait bien avoir sa série prochainement sur Netflix...

Du coup, forcément, les internautes se sont bien amusés toute la nuit pour fêter ça:




Football