Football

20 juillet 2018 22:59; Act: 20.07.2018 22:59 Print

Le foot, tu l'aimes ou tu le quittes

par Robin Carrel, Lausanne - Cinq jours après la fin de la Coupe du monde 2018, le championnat de Suisse a repris. Enfin! Ouf, on a failli s'ennuyer.

storybild

(Photo: Keystone/Jean-christophe Bott)

Sur ce sujet
Une faute?

Nous sommes le mardi 10 juillet. A St-Pétersbourg, le reporter de «20 minutes» vit un rêve éveillé. Non seulement il a des étoiles plein les yeux puisqu'il assiste à la première demi-finale de Coupe du monde de sa vie à l'occasion de la partie entre la France et la Belgique (1-0), mais en plus, la FIFA l'a placé dans les tribunes réservées à la presse à côté des superviseurs de la Fédération internationale de football, soit à trois rangs du mythique Carlos Alberto Parreira, à deux de l'inégalable Marco Van Basten et aux côtés de l'incomparable Pascal Zuberbühler. Un moment unique.

Avant la rencontre, on devise avec «Zubi» sur les moments incroyables que l'on vit lors de ce Mondial russe, que ce soit dans ou hors des stades. Viennent ensuite les inévitables blagues sur le retour sur terre, et par conséquent en Suisse, quelques heures après l'ultime coup de sifflet final. Puis, finalement, on se rend compte qu'on a un point commun avec l'ancien gardien international. Ce ne sont pas nos styles diamétralement opposés lorsqu'il s'agissait de défendre notre but, non. C'est le fait que dès le vendredi 20 juillet, on allait déjà reprendre une activité dite normale. Moi à la Pontaise, lui au studio de Teleclub alémanique, pour analyser la partie de Challenge League entre Lausanne et Kriens.

Grandes mains

Rires, effusions, moqueries, tape dans mon dos, forcément (et ce bon Pascal a toujours des aussi grandes mains, sa retraite sportive n'y a rien changé et ça fait mal), mais finalement un sourire. Non, le football ne s'arrête décidément jamais et après avoir passé des semaines à arpenter des stades pharaoniques et dû passer par des portiques de sécurité pour y entrer ou pour simplement prendre un métro, se retrouver à la Pontaise a quelque chose de rassurant. Pas de VAR pour hacher le jeu et couper court aux discussions de comptoir, des joueurs qui entendent chaque critique des docteurs de la tribune Nord, des contrôles en touche ou encore des tacles venus du fond des âges... C'est bien aussi la Challenge League. C'est même ça, en fait, le «vrai» football!

Le Lausanne-Sport, tout juste relégué, a donc affronté vendredi le SC Kriens, tout juste promu. On était bien loin des accélérations de Kylian Mbappé ou des passes laser de Luka Modric, cinq jours auparavant au Stade Loujniki. Il y avait de la 4G dans le stade, ce qui voulait dire que Vladimir Poutine n'assistait pas à la rencontre. Ils étaient tout de même 1454 à avoir délaissé le bord du Léman, à avoir réussi à fourguer sur Facebook les quatre tickets pour le Paléo (concerts reportés, eux, alors que dans les Plaines du Loup, on a joué malgré les intempéries) qu'ils achètent comme d'habitude en trop ou qui n'avaient simplement rien de mieux (comme moi) à faire de leur vie pour passer un vendredi soir de ce chaud été dans les travées de cette enceinte sans âge et dans un an sans équipe.

On ne change pas une équipe qui perd

On s'est donc retrouvé à la Pontaise et on a longtemps douté sur la tenue de la rencontre, mais la pelouse a fini par bien pomper, comme pas mal de spectateurs, finalement. Lausanne a été mené et a fini par égaliser à 1-1 contre le néo-promu sur un vilain tir dévié d'un espoir local, qui a fêté ça comme s'il avait gagné la Coupe du monde, justement. Un certain Seferagic est ensuite entré en jeu du côté de Kriens à la 92e et ça a bien fait rigoler tout le monde. On a vibré comme sur le but en prolongation de Mandzukic en demi-finale et c'était bien. Il faudra attendre quatre ans et demi pour voir le prochain Mondial dans un Qatar qui rebute pas mal de monde, mais on a retrouvé notre football. Et rien que pour ça, c'était bien quand même.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vodka le 20.07.2018 23:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Carrel

    On voit que Robin Carrel a une énorme gueule de bois en écrivant cet article. Cest clair quavec toutes les cuites quil a prises en Russie et quil nous a fait subir pendant un mois, le retour à la réalité est pénible

  • Johnny Park le 21.07.2018 01:01 Report dénoncer ce commentaire

    Batman et Robin

    le football suisse a les "journalistes sportifs" qu'il mérite...

  • scoopex le 21.07.2018 00:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    yen a point comme nous !

    article truffé d'humour et de clins d'oeils. Merci !

Les derniers commentaires

  • fifi 1618 le 21.07.2018 12:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous avez oublié qqch !!!

    Mais pourquoi, bon sang , cette article ne mentionne pas une seule fois Constantin !!!!! Virez moi sur le champs ce journaliste !!!!

  • popol le 21.07.2018 08:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    n'importe quoi

    lol pascal zuberbueler n'a rien d'exceptionnel si jamais...

  • Ca suffit le 21.07.2018 08:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ras-le-bol

    Toujours aucun Suisse, je boycotte

  • pongiste le 21.07.2018 07:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je m'en foot

    Bon ben je le quitte...

  • Diego Ramadona le 21.07.2018 07:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sympa

    Cool et réaliste cet article, jaime beaucoup