Rugby

03 octobre 2019 14:43; Act: 03.10.2019 14:53 Print

Les Fidjiens se réveillent, l'Irlande se rassure

Jeudi, les rugbymen du Pacifique ont décroché leur première victoire, tandis que les Irlandais ont fait en sorte d'oublier un peu leur raté face au pays hôte, à l'occasion du Mondial au Japon.

storybild

Fidji a imposé son veto à la Géorgie. (Photo: Keystone/AP/ren Onuma)

Sur ce sujet
Une faute?

Enfin! Après une grosse déconvenue contre l'Uruguay, les Fidji, emmenés par le «supersonique» Radradra, ont retrouvé leur jeu et la folie qui l'accompagne pour décrocher leur première victoire du Mondial 2019 face à la Géorgie (45-10) jeudi à Hannazono.

Battus par l'Australie (39-21) puis surpris par l'Uruguay (30-27), les «Flying Fijians», auteurs de sept essais dont deux pour le seul Radradra, ne peuvent plus espérer voir les quarts de finale. Pour la troisième fois consécutive, ils ne passent donc pas la phase de poule mais ils ont évité, grâce à ce succès sur les Lelos, de rentrer bredouilles pour la première fois depuis l'édition 1991.

Mieux, sauf faux pas majeur des deux poids-lourds de la poule D, l'Australie et le pays de Galles, les Fidjiens sont quasiment assurés de la troisième place, synonyme de qualification directe pour la Coupe du monde 2023 en France.

Les «Fidjiens volants» ont aussi, et surtout, retrouvé leurs ailes: le triangle arrière, formé par les ailiers Josua Tuisova et Semi Radradra ainsi que l'arrière Kini Murimurivalu, a tout simplement fait exploser le plan de jeu des Géorgiens, basé sur la conquête et l'affrontement direct. «Radradra est un joueur de classe mondiale», s'est félicité son sélectionneur John McKee.

Succès irlandais bonifié

L'Irlande a décroché une victoire assortie d'un point de bonus aux dépens de la Russie (35-0), mais a enregistré la sortie de son ouvreur Jonathan Sexton dès la mi-temps, lors de son troisième match, jeudi à Kobe.

Cinq jours après leur défaite face au Japon (19-12), les Irlandais ont été longtemps accrochés par les Russes et la sortie prématurée de Sexton, meilleur joueur du monde 2018 et «chef d'orchestre» du XV du trèfle, victime de blessures récurrentes aux adducteurs, suscite de grosses interrogations alors que les quarts de finale approchent (19 et 20 octobre).

Football

(duf)