Football

19 juin 2019 16:21; Act: 19.06.2019 16:53 Print

Luis Enrique n'est plus le sélectionneur de l'Espagne

Pour des raisons familiales, l'Espagnol quitte le poste qu'il occupait depuis l'an dernier. Son adjoint, Robert Moreno, le remplace.

storybild

Luis Enrique n'entraînera plus l'Espagne. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Nouveau coup dur pour l'équipe d'Espagne: son sélectionneur Luis Enrique, affecté par un grave problème familial, a choisi de quitter ses fonctions et sera remplacé en vue de l'Euro 2020 par son adjoint Robert Moreno, a annoncé mercredi la fédération espagnole (RFEF).

L'inexpérimenté Moreno (41 ans), dont c'est le premier poste comme entraîneur principal dans l'élite, devient ainsi le cinquième sélectionneur en deux ans pour la «Roja», qui vit une longue période de turbulences après l'âge d'or de son triplé historique Euro-Mondial-Euro (2008-2012).

«Luis Enrique a annoncé qu'il ne continuera(it) pas comme sélectionneur», a déclaré le président de la RFEF Luis Rubiales lors d'une conférence de presse convoquée à la hâte au siège de la fédération à Las Rozas, dans la banlieue de Madrid.

«La décision de la RFEF est de faire confiance à Robert comme sélectionneur, avec la même durée de contrat qui avait été signé. (Lui et son encadrement) seront chargés de nous conduire jusqu'à l'Euro», a ajouté Rubiales.

En retrait depuis mars

Luis Enrique (49 ans), nommé à l'été 2018 pour rebâtir la «Roja», était en retrait de son poste depuis mars «pour raisons familiales de force majeure» selon la RFEF, qui a demandé aux médias de respecter l'intimité du technicien.

Ces trois derniers mois, Robert Moreno a assuré l'intérim sur le banc de l'équipe nationale lors de trois rencontres successives de qualification pour l'Euro 2020, pour trois victoires: à Malte (2-0), aux îles Feroé (4-1) et contre la Suède (3-0).

Toutefois, cette courte expérience est l'unique vécu du jeune technicien en tant qu'entraîneur principal.

Jusqu'à être propulsé mercredi dans la lumière, le Catalan Moreno a effectué quasiment toute sa carrière comme adjoint de l'Asturien Luis Enrique: au Barça B, à l'AS Rome, au Celta Vigo et sur le banc du FC Barcelone (2014-2017), avant de devenir l'adjoint de Juan Carlos Unzué, ex-membre de l'encadrement blaugrana, au Celta (2017-2018).

Et quand Luis Enrique a pris les rênes de la sélection, il a naturellement fait appel à Moreno, présenté comme un spécialiste de l'analyse vidéo et des nouvelles technologies.

Quatre sélectionneurs depuis Del Bosque

Le nouveau sélectionneur est le quatrième à occuper le poste depuis le départ à l'été 2016 de Vicente del Bosque, sacré champion du monde en 2010 en Afrique du sud.

Julen Lopetegui, qui avait succédé au technicien moustachu, a été limogé à deux jours du début du Mondial 2018 par Rubiales pour avoir négocié son départ au Real Madrid dans le dos de la fédération. Alors directeur sportif, Fernando Hierro lui avait succédé au pied levé mais n'avait pu faire mieux qu'une élimination en huitièmes de finale contre la Russie (1-1 a.p., 4 t.a.b. à 3), ce qui a favorisé l'arrivée de Luis Enrique, premier choix de Rubiales.

Mais si, avec «Lucho», l'Espagne a redressé la tête, infligeant par exemple une gifle 6-0 aux vice-champions du monde croates en septembre dernier, le nouveau changement de cap officialisé mercredi sème le doute sur la capacité de l'Espagne à briller à l'Euro 2020 organisé dans douze villes d'Europe, dont Bilbao.

L'Espagne est pour l'heure première du groupe F de qualification pour l'Euro (4 matches, 4 victoires).

Football

(nxp/afp)