EURO M21

16 juin 2011 19:16; Act: 16.06.2011 19:23 Print

Lustenberger: «Il n'y a aucune crainte à nourrir»

L'optimisme est plus que jamais de mise à Hobro dans le repaire de l'équipe de Suisse des M21. Les deux victoires face au Danemark (1-0) et l'Islande (2-0) n'y sont pas étrangères.

storybild

Fabian Lustenberger se veut rassurant. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je n'ai pas eu peur avant le premier match contre le Danemark. Il n'y a donc aucune raison de nourrir des craintes avant samedi!» Fabian Lustenberger, sans doute le «patron» de l'équipe sur le terrain, se montre rassurant. La Suisse ne tombera pas dans le piège biélorusse samedi à Aarhus.

A deux jours d'un match qui peut ouvrir les portes des demi-finales de l'EURO des M21 et des Jeux olympiques de Londres, Lustenberger personnifie à merveille cette impression de «force tranquille» qui se dégage dans le camp suisse. «Nous avons une équipe parfaitement équilibrée, affirme le joueur du Hertha Berlin. Xakha et Shaqiri n'avaient pas beaucoup joué avec nous avant ce tournoi. Leur intégration n'a posé aucune difficulté. Tout le monde peut juger leur apport dans le jeu».

Le souvenir du barrage

Le discours du leader de l'équipe tranche avec la prudence que doit - c'est bien sûr la règle du jeu - afficher Pierluigi Tami. Le Tessinois se fait un devoir de vanter depuis mercredi soir les mérites de la Biélorussie. «La Biélorussie est avec l'Italie et l'Espagne l'une des trois équipes en lice dans ce tournoi qui avait participé à la précédente édition de cet EURO M21, il y a deux ans en Suède. Ce n'est sans doute pas un hasard. Le travail de formation paye à Minsk», explique-t-il.

Comme tout Tessinois qui se respecte, Pierluigi Tami a bien sûr suivi d'un oeil le barrage qui avait opposé la Biélorussie à l'Italie l'automne dernier. Battus 2-0 à Rieti, les Biélorusses s'étaient qualifiés en s'imposant 3-0 à Borisov. «Comme l'Islande, les Biélorusse jouent le contre. Même si la victoire est impérative pour eux samedi, je ne vois pas les Biélorusses jouer d'une autre manière. Ils s'étaient qualifiés en barrage en attendant les Italiens au match retour alors qu'ils avaient perdu 2-0 à l'aller.. La clé de la réussite pour nous samedi sera de se montrer patient. Les Italiens s'étaient beaucoup trop précipités».

L'oubli de Shaqiri

La dernière expérience de Pierluigi Tami en Biélorussie ne fut pas couronnée de succès. En mai 2009, il s'était incliné 2-1 à Minsk à la tête des M18. «Je n'oublierai jamais ce déplacement, lâche-t-il. Shaqiri était avec nous. Seulement, il avait perdu son passeport à l'escale de Vienne. Xherdan avait dû faire demi-tour...»

Vingt-cinq mois plus tard, le joyau du FC Bâle n'a, heureusement, pas égaré ses papiers au Danemark. Il sera à nouveau samedi l'atout no 1 d'une équipe qui ne devrait pas connaître de grands bouleversements. «Il y aura peut-être un ou deux changements, explique Pierluigi Tami. Mais l'équilibre a été trouvé». La seule incertitude réside dans le nom de l'attaquant de pointe: Mehmedi ou Gavranovic. Le Zurichois a été titularisé contre le Danemark, le joueur de Schalke 04 contre l'Islande.

(ats)