FC Sion

23 février 2011 00:17; Act: 23.02.2011 00:27 Print

Nouvelle victime du «système Constantin»

par Jean-Philippe Pressl-Wenger - Le coach du FC Sion, Bernard Challandes, a été remercié mardi. Il a été remplacé aussitôt par le Français Laurent Roussey.

storybild

Le technicien a quitté mardi le siège du club, à Martigny, où il était arrivé l’été passé seulement. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Un entraîneur professionnel peut-il aujourd’hui réellement envisager un poste au FC Sion autrement que comme une parenthèse dans sa carrière? Il est permis d’en douter. Challandes savait pertinemment où il mettait les pieds lorsqu’il a signé son contrat, l’été passé. Le Neuchâtelois grossit aujourd’hui la liste des victimes du système mis en place par le président Christian Constantin. Ce dernier a coutume de répéter que «c’est le totomat qui vire l’entraîneur, ce n’est pas moi». Les derniers résultats du FC Sion n’étant plus en adéquation avec les ambitions de l’homme fort de Tourbillon, le couperet est donc tombé.

Dans quelle mesure «CC» est-il prisonnier de son propre jeu? Inquiet au terme d’un match amical face à Servette, le boss valaisan avait déjà mis sous pression son coach avant la reprise à Neuchâtel. Il a ensuite doublé la dose après la victoire face à Bellinzone et a finalement tranché dans le vif après la défaite à Bâle. Cette escalade a semblé pousser l’architecte de Martigny vers la seule option collant à sa logique: le licenciement.

De son côté, Laurent Roussey (49 ans) connaît déjà Tourbillon pour y avoir entraîné au cours de la saison 2001-2002. L’ancien coach de Saint-Etienne devra, en plus d’apprendre à tirer rapidement le meilleur de son effectif, faire connaissance avec un président tout-puissant qui exige au minimum une place européenne. Pour devenir plus qu’un intérimaire.