Football

06 avril 2019 22:17; Act: 07.04.2019 07:50 Print

On appelle cela un match (trop) plein

En Copa Libertadores, Bernaldo Manzano a marqué un but, signé un assist, inscrit un autogoal avant de se faire expulser. La totale.

storybild

Au Metropolitano Stadium, les choses avaient bien commencé pour Manzano, ouvrant ici le score. (Photo: AFP)

Une faute?

Jeudi, le Deportivo Lara, club vénézuélien basé à Cabudare, affrontait les Argentins de Huracán en phase de groupes de la Copa Libertadores. Plus que le score final (2-1), c'est plutôt la performance peu banale de Bernaldo Manzano que l'on retiendra.

A 28 ans, le milieu de terrain a réussi ce que l'on qualifiera de match (trop) plein, en étant impliqué dans tous les bons et mauvais coups de son équipe. Bernaldo Manzano a commencé son festival en ouvrant le score sur penalty, dès la 9e minute, avant de signer un assist sur le 2-0 (44e).

Mais les choses allaient considérablement se gâter en deuxième période: c'est en effet encore lui qui allait marquer le but de l'espoir pour les visiteurs de Buenos Aires, à la suite d'un auto-goal (63e). Comme cela ne suffisait pas, Manzano, déjà averti à la 39e, a clôturé sa prestation en se faisant expulser à la 68e minute.

Un but, une passe décisive, un autogoal, un jaune et un rouge: difficile de faire mieux, ou pire, c'est selon. Le tableau, en tout cas, est complet.

Football

(Sport-Center)