Football

20 octobre 2019 19:50; Act: 20.10.2019 20:38 Print

Pas de record pour Liverpool

Contraints au nul contre Manchester United (1-1), les Reds n'égaleront pas le record de victoires consécutives.

storybild

Lallana (à dr.) a égalisé pour Liverpool à 5 minutes de la fin. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Liverpool n'égalera pas le record de 18 victoires consécutives en championnat de Manchester City , mais les Reds se sont arrachés pour prendre un point (1-1) face à un United qui a retrouvé des valeurs, dimanche, pour la 9e journée de Premier League.

L'incroyable série de succès s'arrêtera donc à 17, dont 8 en ce début de saison, sur un nul, ce qui laisse tout de même un bel avantage de 6 points sur les Citizens au classement.

Pour les Red Devils, ce nul plutôt logique sur l'ensemble du match est très encourageant, même si mathématiquement, les bénéfices sont maigres. Avec 10 unités, ils ne sont toujours que 13es au classement, avec 2 longueurs d'avance sur Newcastle, première équipe dans la zone rouge.

Solidité défensive

On avait laissé ManU sans idée et sans panache à Newcastle il y a quinze jours, un soir de défaite tristement méritée (1-0).

Sans être brillants, les Red Devils ont été aux antipodes de tout cela dimanche face à Liverpool, avec un plan de jeu clair et de l'engagement à revendre.

Pour enrayer l'incroyable machine à gagner des Reds, Ole Gunnar Solskjaer avait opté pour un 3-5-2 qui a donné de la solidité défensive et de la densité à son équipe, malgré le forfait de dernière minute du défenseur central Axel Tuanzebe, blessé à l'échauffement et remplacé par l'Argentin Marcos Rojo.

Le Norvégien avait notamment placé le Portugais Andreas Pereira dans la zone de Fabinho pour tenter de contrecarrer l'influence du Brésilien sur le jeu adverse.

Une tactique payante lors de la première période maîtrisée par ses joueurs face à un Liverpool privé de Mohamed Salah, insuffisamment remis d'une blessure à une cheville contre Leicester avant la trêve internationale, et dont les débuts de match ne sont pas le fort cette saison.

But annulé par la VAR

Et comme ce Manchester là n'est pas totalement dénué de talents, un magnifique appel-contre-appel de Marcus Rashford pour se démarquer et recevoir un centre chirurgical de Daniel James avait offert aux Mancuniens un avantage mérité (1-0, 36e), malgré une petite faute sur Divock Origi au départ de l'action.

Sans doute secoués par Klopp dans les vestiaires, les vice-champions en titre se sont créé très peu d'occasions, en dépit des remplacements et réorganisations tactiques - passage en 4-2-3-1 après la pause avec Origi en pointe et Firmino en soutien, entrée d'Alex Oxlade-Chamberlain à la place d'Origi pour passer en 4-4-2 à l'heure de jeu - ordonnées par le coach allemand.

Deux frappes à ras de terre sans trop de dangers de Georginio Wijnaldum (13e) et Roberto Firmino (34e) sur le seul contre «liverpoolesque» du match, ont amené les seules interventions d'un David De Gea finalement titulaire dans les cages.

La VAR avait également retiré un but à Sadio Mané qui avait effleuré le ballon de la main juste avant la pause.

Lallana sauveur

Et c'est presque au moment où on y croyait le moins que les Reds ont fini par trouver la faille, à 5 minutes de la fin, grâce à un improbable sauveur, Adam Lallana.

Le milieu offensif anglais s'est trouvé à point nommé pour pousser dans le but un centre relativement quelconque que la défense mancunienne n'est pas parvenue à dégager pour donner le point de la persévérance à son équipe (1-1, 85e).

Liverpool va toutefois devoir méditer sur toutes ces prestations moyennes des dernières semaines que sa force mentale ne suffira pas toujours à masquer.

Dès mercredi contre Genk en Ligue des champions, il serait bon de remontrer un peu de la brillance qui a fait de lui le vainqueur de la C1.

Football

(afp)