Football

07 mai 2019 13:23; Act: 07.05.2019 14:02 Print

Personne ne voulait que Kompany tire au but

Le capitaine de Manchester City a inscrit un but sensationnel lundi soir pour aider son équipe à rester dans la course au titre. Mais les statistiques ne parlaient pas en sa faveur.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est un but fantastique de Vincent Kompany qui a permis à Manchester City de s'imposer à domicile lundi soir face à Leicester City. D'une frappe phénoménale, le défenseur belge de 33 ans a d'ailleurs été le seul à trouver le fond des filets dans cette rencontre, offrant aux Sky Blues une victoire qui permet de reprendre la tête de la Premier League, avec un point d'avance sur Liverpool. Il reste une journée de championnat à disputer dimanche prochain.

Mais lorsque le capitaine mancunien a armé son tir à la 70e minute, il n'y avait pas grand monde à part lui pour y croire. Il fallait en effet remonter à 2007 pour retrouver la trace du dernier but inscrit par Kompany depuis l'extérieur de la surface de réparation. Et son dernier tir cadré dans la même situation datait de décembre 2013. Au total, le Belge, qui a été handicapé par des blessures à répétition au cours des dernières années, a arrosé 36 fois les tribunes situées derrière les buts adverses en tentant sa chance de loin en championnat. Pour un seul but: celui de lundi. Son premier de la saison. Pas son point fort, à n'en pas douter.

«Pourquoi tu fais ça?»

Plusieurs de ses coéquipiers et même son entraîneur ont avoué qu'ils avaient froncé les sourcils en voyant leur capitaine entamer son mouvement. «J'étais en train de crier: Ne tire pas! Non, Vinnie, nooooon!», s'est marré Sergio Agüero, roi des buteurs de Manchester City, en venant féliciter son coéquipier sur le terrain après le coup de sifflet final. Un autre buteur patenté de l'équipe, Raheem Sterling, a quant à lui partagé sur les réseaux sociaux une photo où on le voit grimacer au moment du départ de la frappe. Mon visage hurle tellement fort: «Noooon, Vinny! Pourquoi tu fais ça! Quelle frappe, mon garçon. Capitaine Incroyable!», a rigolé l'attaquant international anglais.

De son côté, Pep Guardiola a admis qu'il s'était instinctivement dit que Kompany devrait passer le ballon et non pas tirer, lorsqu'il a vu son joueur prendre son élan. «Je n'étais pas terriblement confiant, mais il a pris la bonne décision, a souri l'entraîneur catalan. L'important n'était pas le but, mais qu'il tire en croyant qu'il allait marquer. C'est quelqu'un qui a une grande confiance en lui-même.»

L'avenir décidé autour d'une bière

Le héros du jour, qui a disputé trois matches consécutifs pour la première fois de la saison, a également pris avec humour le manque de foi de ses coéquipiers. «C'était quand même un peu frustrant, parce que tout le monde disait: "ne tire pas" et je pouvais vraiment l'entendre. Je me suis dit attends une seconde, je ne suis pas arrivé à ce stade dans ma carrière pour que de jeunes joueurs me disent quand je peux frapper ou non. Et j'ai simplement tiré.» Une situation en contraste avec celle de Xherdan Shaqiri, exhorté samedi par son coéquipier Van Dijk à tirer le coup franc qui a permis à Liverpool de s'imposer sur le fil face à Newcastle.

L'avenir de Vincent Kompany avec Manchester City est pour l'heure encore incertain. «Nous avons déjà évoqué plusieurs fois le fait que ça pourrait être sa dernière saison, a expliqué Guardiola. C'est un humain incroyable qui m'a beaucoup aidé. Je suis triste de n'avoir pas pu l'utiliser plus souvent, mais nous avons toujours pu compter sur sa personnalité. En fin de saison, après la Coupe d'Angleterre, nous allons décider ce qui est le mieux pour le club et pour lui. On a déjà prévu de boire une bière ensemble et de faire ce choix.» Sans doute déjà conscient que l’idylle ne durera pas des années, Kompany a fait le tour du stade avec les yeux humides, lundi.








Football

(Sport-Center)