Football

14 novembre 2019 17:59; Act: 14.11.2019 18:53 Print

Petkovic: «Nous avons nos principes de jeu»

par Robin Carrel, Saint-Gall - Le sélectionneur national n'a pas dévié de sa ligne, à 24 heures de la si importante réception de la Géorgie, en qualifications pour l'Euro 2020.

storybild

Le sélectionneur a même redonné le sourire à Granit Xhaka. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a un mois, avant de recevoir l'Irlande à Genève, le «Mister» avait été quelque peu chahuté. La victoire ne lui a pourtant pas permis, à l'entendre, de se reposer sur ses lauriers. «Personnellement, je ressens la même pression qu'avant ce match du mois d'octobre, a-t-il assuré jeudi, en conférence de presse d'avant-match à Saint-Gall. On ne peut toujours pas se permettre de faux-pas. Toute la semaine, on est restés concentrés, focalisés sur ce qu'on a à faire contre la Géorgie. On doit se reposer sur ce qu'on a construit jusqu'ici. Il faudra être présent pendant 90 minutes.»

Supplément d'âme?

Une fois n'est pas coutume, avec la bagatelle de huit absents, il a dû ouvrir son groupe à de nombreux néophytes. C'est surtout au niveau offensif que Petkovic a été contraint de trouver de nouvelles solutions. Pas de quoi l'inquiéter outre-mesure: «Il y a certes des absents sur les ailes, mais on a travaillé là-dessus ces quatre jours. On ne va pas changer grand-chose à cause des forfaits, parce que nous avons nos principes de jeu qui sont bien établis. Il faudra tout de même que chacun donne 10% de plus pour compenser. Il y a une possibilité de lancer un nouveau joueur, mais pas trop quand même.»

Même sans Xherdan Shaqiri, Breel Embolo, Admir Mehmedi, Steven Zuber et Josip Drmic, le sélectionneur national a un mot qui revient régulièrement à la bouche: «concrétisation». Car sa troupe domine souvent, mais peine à traduire cette supériorité au tableau d'affichage. Est-ce que Ruben Vargas ou Djibril Sow, par exemple, pourront apporter ce supplément d'âme? Il faut l'espérer, car les Géorgiens ne vont pas attaquer la fleur au fusil vendredi à 20h45 dans un Kybunpark qui sera rempli comme un oeuf. Petkovic, lui, peut éventuellement adapter son schéma.

«Toujours été flexibles»

«On peut jouer à trois ou à quatre derrière, on a toujours été flexibles de ce côté-là. On peut même s'adapter en cours de rencontre pour surprendre et mettre en difficulté l'adversaire. A l'aller, on nous disait que c'était normal d'être allé gagner là-bas, mais on savait déjà que ça n'allait pas être simple. Ils sortaient d'une campagne réussie en Ligue des Nations et on les avait bien observés. Ils peuvent jouer long comme construire des attaques placées, c'est assez rare pour une équipe de cette catégorie. Il faudra donc être prudents et concentrés», a-t-il seriné.

Ce qui est sûr, c'est qu'en cas d'échec, les siens ne pourront pas dire qu'ils n'étaient pas prévenus: «Oui, parce que ce n'est pas un hasard si les Géorgiens ont chipé des points aux autres favoris de ce groupe et c'est une bonne manière de mettre en garde mon équipe avant cette rencontre. On ne calcule pas s'il faut qu'on marque encore 3, 4 ou 6 points pour se qualifier. Nous, on veut juste gagner le match d'après. Si ça nous permet de terminer à la première place de cette poule, alors tant mieux. Nos ambitions n'ont pas de limites.»

Football

(nxp)