Football

24 février 2011 20:09; Act: 24.02.2011 20:16 Print

Platini menace la Serbie d'exclusion

Michel Platini a menacé la Fédération serbe d'exclure son équipe nationale ainsi que tous les clubs du pays si le problème des violences provoquées par les supporters perdurait.

Voir le diaporama en grand »
Les supporters ont causé de nombreux dégâts aux gradins. Yvan Bogdanov, le meneur des ultras serbes, au lendemain de son interpellation. La police italienne présente des outils saisis sur les hooligans serbes. Un bus des supporters serbes affichait le portrait du criminel de guerre Radko Mladic recherché par le TPI Le chef des hooligans, surnommé «Ivan le Terrible» a été arrêté par la police italienne. Considéré comme le leader des hooligans serbes Ivan Bogdanov a été interpellé peu après le clash. La rencontre du groupe C des qualifications pour l'Euro 2012 entre l'Italie et la Serbie a été arrêtée en raison de violences de la part des supporters serbes. Le match, retardé d'une demi-heure par le comportement violent des supporteurs serbes, en majorité des «ultras», n'a duré que six minutes et a été interrompu par l'arbitre quand certains d'entre eux ont lancé des fumigènes sur la pelouse et sur les supporteurs italiens. Au total 16 personnes ont été blessées dont deux grièvement et 17 supporteurs serbes ont été arrêtés dans la nuit de mardi à mercredi à Gênes, lors d'affrontements avec les forces de l'ordre. Quand le match a été annulé, le stade s'est rapidement vidé mais les 1.600 ultras serbes sont restés un bon moment dans leur tribune avant d'être dirigés vers un périmètre encadré de barrières métalliques. L'un d'entre eux a alors enfoncé une grille et les échauffourées ont éclaté quand la police est entrée dans le périmètre pour ramener le calme.

Une faute?

«La Serbie sera exclue des qualifications à l'Euro 2012 si les supporters du pays des Balkans causent de nouveaux troubles à l'ordre public», a déclaré le président de l'UEFA.

Les supporters serbes ont notamment été à l'origine d'émeutes lors du match de qualification à l'Euro 2012 contre l'Italie, à Gênes, en octobre dernier. Les incidents s'étaient soldés par l'interruption du match après six minutes de jeu. Cet arrêt avait été suivi par de violents affrontements entre des hooligans serbes et les forces de l'ordre locales (16 blessés dont deux graves).

«Nous sommes conscients du problème que nous avons avec les hooligans et nous sommes prêts à en découdre avec eux. Nous travaillerons ensemble avec l'UEFA pour faire en sorte que les malheureux événements de Gênes ne se reproduisent jamais. C'était une honte pour notre pays», a estimé le président de la Serbie Boris Tadic.

Après les incidents de Gênes, la commission de discipline de l'UEFA avait décidé de «donner» le match gagné 3 à 0 par forfait pour l'Italie et infligé à la Serbie un match ferme à huis clos à domicile et un avec sursis (période probatoire de deux ans).

En septembre 2009, un fan français, Brice Taton, avait été frappé à mort par des supporters du Partizan Belgrade.

(ats)