Football

18 avril 2019 18:25; Act: 18.04.2019 18:29 Print

L'OM commet une sacrée boulette

par Sport-Center - Afin de célébrer les 29 ans de son défenseur japonais, le club marseillais s'est trompé de drapeau en sortant la bannière impérialiste. Voilà qui la fout mal.

storybild
Une faute?

Voici bientôt une semaine, l'Olympique de Marseille pensait bien faire en célébrant le 29e anniversaire de Hiroki Sakai, son fidèle latéral droit japonais. Sauf que les préposés à la communication se sont mélangés les pinceaux, ou plutôt les drapeaux. Pour illustrer son montage, l'OM a opté pour le mauvais drapeau japonais, en l'occurrence le drapeau impérialiste, en vigueur entre 1867 à 1945, notamment pendant les deux guerres mondiales et les guerres sino-japonaises.

Une boulette qui a aussitôt fait tache d'huile sur les réseaux sociaux. «C'est comme si, pour parler de l'Allemagne d'aujourd'hui, on choisissait le drapeau nazi», devait ainsi dénoncer un un internaute.

Le temps pour les responsables de l'OM de réparer leur bévue historique, le mal était déjà fait. Sakai a fini par être fêté avec l'actuelle bannière du pays du Soleil-Levant comme le montre le tweet rectificatif ci-dessous.

Devant l'avalanche de protestations, le community manager du club marseillais s'est confondu en plates excuses. Avant de charger avec beaucoup moins de classe un jeune collègue en formation. «C'est tout bête, a-t-on officiellement expliqué au siège du club. C'est un jeune stagiaire qui a rédigé le message et il a pris le premier drapeau qu'il a trouvé sans réaliser son erreur. Il ne pensait pas à mal et est le premier désolé. Il ne faut pas voir de malice dans cette histoire.»

Le mauvais hymne

Une bourde qui en rappelle d'autres. En 2011, l'hymne nazi avait notamment retenti par erreur aux Mondiaux de canoë-kayak. Plus récemment aux championnats du monde de biathlon en 2017, l'hymne russe en vigueur entre 1990 et 2000 avait été interprété, provoquant quelques crispations diplomatiques.

Football

(nxp)