Football

07 février 2019 22:36; Act: 07.02.2019 22:49 Print

Quand Football Manager s'immisce dans la réalité

Disparu des radars après des blessures, Nicolas Maurice-Belay a retrouvé le pré. Et c'est un peu grâce à Football Manager.

storybild

Nicolas Maurice-Belay (à g.) et son agent David Bonnan. (Photo: Facebook Bergerac Football)

Une faute?

On appelle cela disparaître du jour au lendemain. Ancien joueur confirmé des pelouses de Ligue 1, avec plus de 300 matches au compteur, Nicolas Maurice-Belay est resté sans club pendant 18 mois après six années passées chez les Girondins de Bordeaux. Libre depuis juin 2017, l'ancien international Espoirs français (5 sélections U20) a payé sa réputation de joueur fragile après de multiples blessures au genou.

Mais ça, c'était avant le 31 janvier! Le Français de 33 ans a alors retrouvé de l'embauche à Bergerac, du côté de la Dordogne, au niveau Nationale 2 (4e division, soit l'équivalent de la 1ère Ligue chez nous). «Mon plus jeune fils est un grand fan du jeu Football Manager et il n'arrêtait pas de me dire que Nicolas Maurice-Belay était toujours libre, dit le président Christophe Fauvel au site «FootAmateur.fr». Mais je ne voyais pas comment un club de N2 pouvait intéresser un joueur aux 314 matchs en Ligue 1. Et mon fils continuait tout de même d'insister!»

Et comme le hasard fait bien les choses, c'est finalement l'entraîneur, Nicolas le Bellec, qui reçoit un coup de fil de l'agent du milieu offensif aux 14 buts 37 passes décisives en Ligue 1. «J'ai immédiatement rappelé mais le joueur était en contact avec des clubs de Ligue 2. Le jeudi 31, on devait prendre des décisions. J'ai relancé son agent puis j'ai appelé Nicolas directement. Il m'a dit de lui laissé une demi-heure. Et quand il rappelé, c'était pour me dire qu'il était Bergeracois!», poursuit le président, qui espère conserver sa recrue à l'issue de la saison.

Football

(jsa)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.