Football - Euro 2020

08 novembre 2019 14:31; Act: 08.11.2019 14:32 Print

Une Suisse amoindrie par les blessures

par Robin Carrel, Zurich - Vladimir Petkovic a dévoilé sa sélection pour les deux derniers matches de qualifications à l’Euro 2020, où plusieurs éléments offensifs manquent à l’appel.

storybild

Enfin des minutes de jeu pour Xhaka? (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

Le sélectionneur national est un homme fidèle. Certains disent que l’amour dure trois ans, mais avec lui, c’est plutôt par période de deux fois douze mois. Le «Mister» a tendance à avoir son groupe bien à lui dès le début d’une campagne et à y faire confiance jusqu’au bout. Il n’a certes pas un choix immense, vu l’étroitesse du cheptel suisse de joueurs de haut niveau. Mais il ne succombe que rarement à la «hype» du moment - comme Dimitri Oberlin à une certaine époque - et va au bout de ses convictions. Quitte à se planter? On ne sait pas, ce n’est encore jamais arrivé en qualifications.

Ce qui devrait être les deux derniers matches de qualifications pour l’Euro 2020 sont dans cette droite ligne. Granit Xhaka est engoncé dans un conflit avec les supporters de son club? François Moubandje ne joue qu’une semaine sur deux à Zagreb et jamais en Champions League? Ça ne change rien. Petkovic n’a pas bronché et garde toute sa confiance en celui qu’il a fait son capitaine quand Stephan Lichtsteiner n’était pas là et emmène avec lui son latéral gauche remplaçant du remplaçant Loris Benito. Comme d’habitude.

Ce qui l’est moins, c’est l’avalanche de blessés et de méformes qui concerne les Helvètes, en ce mois de novembre. Fabian Schär est blessé, Breel Embolo en a encore pour une dizaine de jours et ne sera pas prêt à temps, Admir Mehmedi sera lui aussi trop juste, Steven Zuber s’est fait opérer et Timm Klose encore convalescent. Du coup, la Suisse recevra la Géorgie, vendredi prochain à St-Gall (20h45, à guichets d’ores et déjà fermés), avant d’aller à Gibraltar le lundi suivant (20h45, on ne sait pas s’il y a des guichets) avec un groupe rajeuni, avec en son sein, notamment, les présences de Ruben Vargas et d’Eray Cömert.

Si cette équipe un poil amoindrie n’arrive pas à mettre en banque les quatre points nécessaires contre des équipes de deuxième et troisième zones pour se qualifier pour le championnat d’Europe que se déroulera dans douze villes du Vieux Continent l’été prochain, elle aura encore un strapontin à aller gratter lors des play-off de la Ligue des Nations. Ce sera toujours avec le même coach et toujours le même groupe, c’est sûr. Mais Petkovic et les siens auront sans doute fait la fête bien avant cette échéance et ils pourront tranquillement se préparer à passer du temps dans les aéroports lors des six prochains mois.

Football