Football

11 décembre 2019 11:37; Act: 11.12.2019 16:27 Print

Sepp Blatter d'accord de témoigner en France

L'ancien président de la FIFA répondra favorablement à la demande du Parquet national financier, si elle est «officiellement» formulée.

storybild

(Photo: Keystone)

Une faute?

L'ex-président de la FIFA Sepp Blatter ira témoigner en France dans l'enquête sur les conditions d'attribution de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar, si le Parquet national financier le lui «demande officiellement», a-t-il déclaré mercredi dans un entretien à l'AFP.

«S'ils me le demandent officiellement, je pense que j'irai en France, car j'ai la conscience tranquille», a déclaré M. Blatter. L'ancien patron du football mondial, âgé de 83 ans, a déjà été entendu dans cette affaire «en Suisse, le 20 avril 2017, à la demande du Parquet national financier français (PNF)», a-t-il précisé.

L'enquête sur les conditions d'attribution de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar, conduite depuis trois ans sous l'égide du PNF, a été récemment confiée à un juge d'instruction parisien. Cette information judiciaire a été ouverte notamment pour «corruption active et passive», a précisé le parquet lundi.

Cette décision survient près de six mois après l'audition de Michel Platini, sous le régime de la garde à vue. Alors vice-président de la FIFA et président de l'UEFA lors de l'attribution du Mondial 2022, le Français avait été interrogé sur les raisons de son vote en faveur du Qatar le 2 décembre 2010.

La fameuse réunion de l'Elysée

La justice française s'intéresse en particulier à une réunion au Palais de l'Elysée le 23 novembre 2010, à laquelle participaient le président Nicolas Sarkozy, Tamim ben Hamad al-Thani - alors prince héritier du Qatar devenu émir en 2013 - et Michel Platini. Son but supposé: s'assurer que ce dernier voterait pour l'émirat. Un «tissu de mensonges», s'était indigné l'ancien numéro 10 des Bleus.

«Quand Platini dit qu'il aurait de toute façon voté pour le Qatar, notamment pour le développement du football, ce n'est pas vrai. On avait un consensus au sein du Comité exécutif de la FIFA, qui prévoyait d'attribuer le Mondial 2018 à la Russie et le Mondial 2022 aux Etats-Unis», a encore répété M. Blatter.

«Tout s'est bien passé jusqu'à huit jours de l'élection quand il y a eu ce fameux dîner à l'Elysée. Platini m'a téléphoné immédiatement après. Il m'a dit: «Sepp, ça ne va pas marcher, nous aurons un problème pour l'élection». Le président Sarkozy lui avait demandé, suggéré, de voter pour le Qatar», a ajouté M. Blatter, qui a rapporté cette conversation téléphonique au juge suisse en avril 2017.

M. Blatter continue de purger une suspension de six ans pour une affaire distincte, celle du paiement controversé de 2 millions de francs suisses à Platini, lequel a terminé en octobre de purger une suspension de quatre ans.

Football

(nxp/afp)