Football

14 avril 2019 18:07; Act: 14.04.2019 18:38 Print

Servette a joué avec le feu, mais ne s'est pas brûlé

par Daniel Visentini, Genève - Les Grenat ont battu Chiasso 3-2 après avoir été deux fois menés au score. Gros ouf de soulagement dans le clan genevois.

storybild

Koro Kone et Servette ont fini par passer l'épaule. (Photo: Keystone)

Une faute?

Servette a joué avec le feu dans son fief de la Praille. Mais pas assez pour se brûler. Par deux fois menés au score, les Grenat sont chaque fois revenus dans le match pour finalement passer l'épaule. Servette a donc toujours onze points d'avance sur Lausanne à sept journées de la fin. Tout va bien. Mais ce succès 3-2 sur un coriace Chiasso a donc été très long à se dessiner.

Le soleil froid qui baignait la Praille aura glacé les Grenat dès les premières secondes. Face à un adversaire qui vient en 5-3-2 pour contrer, il fallait commencer le match avec le plus grand sérieux. Ce fut tout le contraire. Sur le premier ballon en approche des seize mètres servettiens, une balle anodine une première fois mal renvoyée par Routis, Rouiller dévissait son dégagement en cloche, derrière lui. Et Kiassumbua, titularisé par Geiger à la place de Frick, s'en allait s'empaler sur Séverin, relâchant le ballon qu'il venait de bloquer et non boxer. Padula n'avait plus qu'à aller conclure dans la cage vide. Le musée des horreurs dès la cinquième minute. Avec encore une immense frayeur à la 8e, quand Kiassumbua intervenait dans les pieds de Milinceanu qui avait été oublié par la défense.

Tellement supérieur

Servette s'est bien sûr ressaisi. Tellement supérieur à tous les niveaux que Chiasso, les Grenat ont alors pesé sur la défense regroupée des Tessinois, souvent neuf joueurs. C'est à la 20e, après une intense séquence de possession qu'ils ont été récompensés, logiquement. Décalé, Sauthier voyait son centre mal renvoyé finir sur la tête de Iapichino, qui trouvait le petit filet de Mossi. Le plus dur était fait, les occasions se multipliaient, Kone manquait deux têtes de peu, Schalk écrasait une volée idéalement placé. Ce Servette ultradominant allait forcément passer l'épaule.

Eh bien c'est justement à ce moment, alors que les Genevois avaient retrouvé leur jeu et leur assurance, que tout s'est à nouveau compliqué. Iapichino est sans doute précieux pour mettre la pression, davantage encore en milieu gauche, Cognat ayant remplacé Wüthrich dans l'axe. Mais happé par ses élans offensifs, il n'est pas le premier à se replacer défensivement. Chiasso en a profité juste avant la pause. Séverin, seul face à deux Tessinois, ne pouvait empêcher le centre. Un mauvais renvoi plus tard, Gomes armait une frappe aussi sèche que précise pour punir une deuxième fois les Grenat. À force de se tirer des balles dans le pied

Encore une fois, ils ont donc lutté pour revenir au score. C'est à nouveau grâce à Chagas, qui avait remplacé un Schalk inefficace, que les Grenat se sont remis sur le droit chemin. Son premier ballon? Un contrôle et une frappe en pivot que Mossi ne pouvait que repousser. Kone était là pour conclure. Si précieux et si juste dans ses choix, l'Ivoirien aura été l'homme du match. Plus encore à la 85e, bien sûr. Follonier avait remplacé Maccoppi et c'est le Valaisan qui adressait un long centre: Kone s'est élevé magistralement, plus haut que tout le monde, pour smasher une tête parfaite cette fois dans la lucarne.

Servette a joué avec le feu. Juste pas assez pour se brûler.

Servette - Chiasso 3-2 (1-2)

Stade de Genève, 4447 spectateurs. Arbitre: Mme Staubli.

Buts: 5e Padula 0-1; 23e Iapichino 1-1; 45e Gomes 1-2; 85e Kone 3-2.

Servette: Kiassumbua; Sauthier, Routis, Rouiller, Séverin (50e Imeri); Maccoppi (60e Follonier); Stevanovic, Cognat, Iapichono; Kone (88e Mfuyi), Schalk (68e Chagas).

Chiasso: Mossi; Padula (69e Malinowski), Perico, Lurati (82e Ajeti), Martignoni, Brivio; Gomes (64e Bahloul), Charlier, Milosavljevic; Manicone (68e Josipovic), Milinceanu.

Avertissements: 20e Milosavljevic (jeu dur), 33e Charlier (jeu dur), 65e Lurati (antijeu), 70e Bahloul (antijeu), 77e Routis (jeu dur), 86e Kone (maillot enlevé).

Football

(nxp)