Challenge League

28 juillet 2014 22:00; Act: 28.07.2014 23:11 Print

Servette prend l’eau loin de ses bases

par Tim Guillemin, Wohlen - Les Genevois, qui pouvaient prendre la tête en Challenge League, se sont lourdement inclinés à Wohlen (4-2).

Sur ce sujet
Une faute?

«On avait pourtant bien commencé, mais ce 1-1 un peu étrange nous a fait mal.» Johan Vonlanthen a été à l’image de Servette, hier soir à Wohlen: très bon pendant une demi-heure, parfaitement quelconque ensuite; mais son analyse est lucide. L’ancien international suisse a multiplié les gestes de classe dans sa position de No 10, avant que les Argoviens ne reprennent le contrôle du jeu. Dès lors, l’image est un peu facile vu les trombes d’eau qui se sont abattues sur le Niedermatten Stadion, mais elle est bien réelle: Servette a pris l’eau.

L’enjeu était simple dans ce choc entre deux équipes ayant gagné leur premier match: le vainqueur s’installerait seul en tête de la Challenge League. «On savait que ce serait difficile ici, mais on espérait quand même tenir le choc, malgré les conditions de jeu et la qualité de l’adversaire», a continué Vonlanthen.

L’adversaire? Sans génie mais extrêmement combatif, à l’image du latéral droit Dylan Stadelmann. L’ex-Lausannois est le véritable chouchou du public argovien. Ses montées sont accompagnées de rugissements et ses replacements défensifs sont escortés d’applaudissements nourris. «C’est vrai que le public m’aime bien. Ils apprécient les gars crocheurs ici, ça me va bien», a souri le défenseur.

Wohlen, sous le déluge, a ainsi montré plus de qualités morales et de hargne, mais pas forcément plus de jeu. Telle est la réalité de la Challenge League, composée aussi de lointains déplacements pluvieux, le lundi soir au fin fond de l’Argovie. Il faut savoir les remporter pour monter. Manifestement, Servette n’est pas encore armé pour y arriver.

Wohlen - Servette
4-2 (1-1)

Impitoyable. Johan Vonlanthen a frappé d’entrée pour les «grenat», remportant tranquillement son face-à-face avec le gardien adverse (6e). Dominé jusqu’à la demi-heure de jeu, Wohlen est alors devenu la meilleure équipe sur le terrain. Les Argoviens ont marqué de part et d’autre de la pause pour prendre l’avantage. D’abord sur une action confuse, conclue par Joel Geissmann (43e), puis par un subtil coup de tête de Simone Rapp (49e). Michael Weber a crucifié Servette après une brillante action collective (82e). Le 4-1, inscrit encore une fois par Rapp de la tête (85e), a définitivement enterré les espoirs genevois. La réduction du score de Jocelyn Roux est restée anecdotique (92e).

(ats)