Ligue des champions

15 février 2011 18:02; Act: 15.02.2011 22:56 Print

Tottenham s'impose 1-0 contre l'AC Milan

Une petite merveille de rupture conclue par Peter Crouch propulse Tottenham au paradis. Les Spurs se sont imposé 1-0 à San Siro face au Milan AC.

storybild

Peter Crouch s'est envolé vers la victoire. (Photo: Reuters)

Une faute?

La réussite du géant de White Hart Lane à la 80e minute place, bien sûr, Tottenham dans une position idéale dans ce huitième de finale de la Ligue des Champions. On voit mal comment les Italiens, terriblement décevants lors de ce match aller, pourraient renverser la situation le 9 mars à Londres.

La contre-performance de Zlatan Ibrahimovic a pesé très lourd dans la balance. Desservi par un manque de soutien étonnant, le Suédois est coupable sur le but de Tottenham. Sa perte de balle a permis, en effet, au «lutin» Lennon de conduire un raid sur le flanc droit qui a placé Crouch dans une position idéale. Ibrahimovic buvait le calice jusqu'à la lie. A la 94e minute, il trouvait le chemin des filets sur un retourné mais l'arbitre ne validait pas ce but en raison d'une faute sur Dawson.

Le Milan AC peut-il se passer d'Antonio Cassano ? Telle est l'interrogation que les tifosi pouvaient nourrir à la pause. Non-qualifié ce printemps en Ligue des Champions, le transfuge de la Sampdoria a cruellement manqué lors d'une première mi-temps que le leader du Calcio a complètement ratée.

Incapables de dessiner la moindre action digne de ce nom, les Milanais ont été dominés par des Londoniens qui ont eu l'immense mérite de prendre le match à leur compte. Avec Lennon et Pienaar sur les côtés, Van der Vaart dans l'axe, Tottenham a exercé un ascendant très marqué.

Mais un manque évident de tranchant dans les vingt derniers mètres n'a pas permis aux Spurs de concrétiser leur supériorité. Harry Redknapp avait pris le parti de titulariser son géant Cruch à la pointe de l'attaque pour laisser Pavlyuchenko sur le banc. Un choix qui a fini par payer.Tout aurait été encore bien plus simple pour le manager de Tottenham si Gareth Bale avait été de la partie. Mais touché au dos, le génial Gallois, qui avait enflammé San Siro l'automne dernier contre l'Inter, est resté se soigner à Londres.

A la pause, l'entraîneur Massimiliano Allegri lançait Pato pour Seedorf. L'introduction du Brésilien apportait enfin du souffle aux Milanais. A deux reprises, ils ont cru à l'ouverture du score sur deux reprises de la tête de Yepes sur lesquelles Gomes sortait le grand jeu (50e et 60e). Mais entre les deux occasions en or pour le Colombien, les Spurs étaient lésés par l'arbitrage. L'intervention de Flamini sur Corluka aurait dû être sanctionnée d'un carton rouge. Le geste du Français fut inqualifiable. Il a malheureusement donné le ton pour une fin de match très heurtée, qui a vu notamment Gattuso écoper d'un carton jaune synonyme de suspension pour le match retour. Au coup de sifflet final, le capitaine milanais perdait le contrôle de ses nerfs pour faire le coup de poings avec le banc de Tottenham. On n'est pas prêt de revoir Gattuso en Ligue des Champions.

(ats)