Europa League

24 février 2011 19:04; Act: 24.02.2011 21:44 Print

Un match nul qui élimine le FC Bâle

Au terme d'un match nul un but partout, le FC Bâle est éliminé de la Ligue Europa au stade des seizièmes de finale.

storybild

Le goal Bâlois Franco Costanzo ne peut rien et va encaisser le but synonyme du mqatch nul. (Photo: Keystone/AP)

Une faute?

Il n'y a plus aucun club suisse en Coupe d'Europe. Deux heures après YB, le FC Bâle a quitté l'Europa League au stade des 16es de finale, après un match nul 1-1 sur la pelouse du Spartak Moscou qui laisse en bouche un très fort goût d'inachevé. Et qui ne fait qu'accroître l'amertume née il y a une semaine, après la défaite 3-2 à l'aller des Rhénans.

Si une élimination en 16e de finale d'une compétition européenne n'a rien d'une contre-performance pour une formation de Super League, la manière dont est sorti le FCB a de quoi irriter. Le fiasco, commencé au Parc St-Jacque quand les Rhénans ont vu le score passer de 2-0 à 2-3, s'est poursuivi dans le froid (-17) du stade Luzhniki. Difficile en effet de véritablement comprendre les choix de Thorsten Fink lequel, déjà privé de Huggel, Streller (blessés) et Shaqiri (suspendu), n'a rien trouvé de mieux que de laisser Yapi et Frei sur le banc. S'il avait voulu solder le match, aurait-il procédé autrement ?

Non pas que le jeune Cabral au milieu et le vétéran Chipperfield devant n'ont pas livré la marchandise. L'Australien surtout, puisque c'est lui qui a ouvert le score à la 15e, permettant au champion de Suisse de reprendre espoir. Durant près d'une heure, le FCB a du reste profité de l'attentisme prudent du Spartak et s'est ainsi procuré de réelles opportunités d'inscire un deuxième but, qui aurait été synonyme de qualification.

Comme sur un tir pas suffisamment redressé de Stocker alors que le portier Dykan était battu (29e), sur une tête de Kusunga qui a propulsé le cuir sur la transversale (55e) ou encore sur un envoi mal cadré par un Frei - entré en jeu dans la dernière demi-heure - en bonne position (84e).

Cette énumération ne doit cependant pas masquer la retenue étonnante de Bâle en seconde période, le FCB privilégiant un jeu très calme et posé plutôt que d'essayer de mettre le feu dans le frigo moscovite, sauf dans les dix dernières minutes. Alors qu'ils s'étaient enfin décidés à tout tenter, les Rhénans se sont faits prendre sur une action de rupture conclue par le véloce irlandais McGeady (91e).

Sans être scandaleuse, cette élimination est bien regrettable. Surtout pour le football suisse, qui va perdre au profit de l'Ecosse une place européenne lors de la saison 2012/13.


Spartak Moscou - Bâle 1-1 (0-1)

Stade Luzhniki. 25 000 spectateurs. Arbitre: Balaj (Rou). Buts: 15e Chipperfield 0-1. 91e McGeady 1-1.

Spartak Moscou: Dykan; Kirill Kombarov, Suchy, Rojo, Makeev (80e Yakovlev); Sheshukov; McGeady, Ananidze, Alex, Dimitri Kombarov; Dzyuba.

Bâle: Costanzo; Steinhöfer, Abraham, Kusunga, Safari; Tembo (67e Frei), Granit Xhaka (76e Yapi), Cabral, Stocker; Zoua, Chipperfield.

Notes: Spartak sans Ibson, Welliton (suspendus), Pareya ni Parshivlyuk (blessés), Bâle sans Ferati, Huggel, Streller (blessés), Shaqiri (suspendu) ni Dragovic (pas qualifié). 55e tête de Kusunga sur la transversale. 89e tir de Yakovlev sur le poteau. Avertissements: 31e Cabral. 74e Zoua. 86e Safari.