Mondial 2014

05 mai 2014 17:58; Act: 05.05.2014 18:25 Print

Zico aime l'Italie, et tacle l'Espagne et les Pays-Bas

L'Uruguay possède la seule équipe capable d'ébranler psychologiquement la sélection du Brésil au Mondial, selon l'ancien joueur, qui détache l'Italie parmi les Européens et trouve le jeu des Pays-Bas «pas agréable à voir».

storybild

(Photo: Keystone)

Une faute?

Dans le quotidien O Estado de Sao Paulo de lundi, Zico a répété qu'il considérait l'Argentine comme le principal adversaire du Brésil dans la Coupe du monde qu'il organise. «L'Argentine a compris qu'elle devait jouer pour Messi. Mais je préfère affronter l'Argentine en finale, pas l'Uruguay».

«L'Uruguay est la seule équipe qui peut ébranler psychologiquement la sélection du Brésil, précise l'ancien no 10 de la Seleçao. Beaucoup parleront de 1950» et du fameux «Maracanazo» (sacre surprise de l'Uruguay aux dépens du Brésil au Mondial à Rio de Janeiro).

«C'est comme jouer contre une équipe faible et penser que le but va arriver. Et si le but n'arrive pas, on commence à désespérer, alors on se précipite, on commet des erreurs. On a peur de commettre de nouvelles erreurs, et on ne joue plus en confiance, a-t-il développé. Avec des joueurs évoluant tous à l'étranger et une grande attaque, avec Suarez, Cavani et même Forlan, je pense que l'Uruguay peut en tirer profit».

Les Pays-Bas et l'Espagne taclés

«Parmi les Européens, je crois le plus en l'Italie, avance-t-il. Le joueur italien se transforme dans une compétition officielle. J'ai beaucoup aimé la voir dans la Coupe des Confédérations (ndlr: l'Italie a terminé troisième), et pourtant les joueurs étaient lessivés, ils étaient morts. Au Mondial ce ne sera pas pareil, ils arriveront tout frais».

«Les Pays-Bas ont un jeu que je n'aime pas, qui ne me rappelle pas un football agréable à voir. Ce n'est pas une sélection qui impose le respect», selon Zico, qui estime que les «Oranje» sont tombés dans un groupe de qualifications «facile», et que ses deux principales armes offensives, Sneijder et Van Persie, «ne sont pas en forme».

L'ex-meneur du Brésil juge que l'Espagne «n'a plus de buteur» depuis que Villa n'est plus titulaire et qu'elle a perdu un joueur important pour «l'esprit d'équipe» en la personne de Puyol.

ybl/hdz/fbx

(afp)