Football

03 avril 2019 23:40; Act: 04.04.2019 00:20 Print

Zidane n'est plus invaincu depuis son retour au Real

par AFP - Les Madrilènes se sont inclinés 2-1 à Valence. Ils ont concédé leur première défaite sous la férule de «Zizou-le-revenant».

storybild

Le Real Madrid de Zinédine Zidane est retombé dans ses vieux travers. (Photo: AFP)

Une faute?

Premier revers de l'acte II de Zinédine Zidane! Impuissant, le Real Madrid a chuté 2-1 contre une équipe de Valence en quête de Ligue des champions, mercredi en Championnat d'Espagne, une défaite qui douche l'euphorie née du récent retour de l'entraîneur français.

Après deux victoires inaugurales depuis sa nomination le 11 mars, «ZZ» a vu son équipe s'incliner lors de la 30e journée de Liga au stade Mestalla, où le Portugais Gonçalo Guedes a décanté un match équilibré mais pauvre en occasions (35e). Ezequiel Garay a ensuite alourdi la marque d'une tête sur corner (83e), avant une réduction du score tardive de Karim Benzema, là aussi de la tête (90e 3).

Lors de son premier mandat merengue (2016-2018), Zidane avait attendu sa neuvième rencontre pour goûter à la défaite. Cette fois, c'est arrivé beaucoup plus vite, signe qu'il est grand temps que cette saison noire s'achève pour la «Maison blanche», qui a subi pas moins de neuf revers dans cette Liga.

Le titre était déjà perdu pour le Real (3e, 57 pts), désormais relégué à 13 longueurs du leader Barcelone (1er, 70 pts). Et la deuxième place s'éloigne aussi puisque l'Atlético (2e, 62 pts) est la seule équipe du trio de tête à s'être imposée lors de cette journée intercalée.

Valence en fanfare

Valence (5e, 46 pts) revient pour sa part à un petit point de la quatrième place occupée par Getafe (47 pts), la dernière qualificative pour la C1.

Invaincus depuis 12 journées, les Valenciens peuvent rêver d'une fin de saison en fanfare: ils affronteront Villarreal en quart de finale de Ligue Europa (11 et 18 avril), et défieront le Barça en finale de la Coupe du Roi (25 mai).

Une belle réussite pour l'entraîneur Marcelino Garcia Toral, un temps très contesté, maintenu à son poste cet hiver et finalement capable de redresser la barre.

Pour Zidane, infléchir la trajectoire de ce Real en fin de cycle était sans doute mission impossible et on l'attend davantage sur la reconstruction de l'effectif, qui passera par de profonds changements au mercato d'été.

Au stade Mestalla, face à une équipe de Valence bien organisée, le Real a peiné à développer du jeu: il faut dire que son animation offensive reposait sur les ailiers Marco Asensio et Lucas Vazquez, qu'on a trop peu vus aux côtés de Karim Benzema, meilleur buteur du Real cette saison (24 buts, dont 15 en Liga).

Le Real en roue libre

A l'inverse, Valence a brillé par son efficacité en ouvrant le score sur sa première occasion franche: Gonçalo Guedes et Carlos Soler ont signé un joli une-deux à l'entrée de la surface avant la frappe du Portugais qui a fait mouche au ras du poteau (35e).

Encore une démonstration des difficultés défensives du Real cette saison, entre marquages lâches et alignements aléatoires, alors que les critiques s'étaient surtout concentrées sur les problèmes de finition depuis le départ l'été dernier de Cristiano Ronaldo à la Juventus...

Par la suite, Valence aurait mérité d'alourdir le score plus tôt, dans le sillage de son capitaine Dani Parejo, ancien du Real et étincelant mercredi.

Les Valenciens ont failli trouver la faille par le Français Kevin Gameiro (37e, 74e), son compatriote Geoffrey Kondogbia (38e, 54e) ou encore l'attaquant Rodrigo (40e). L'international espagnol a d'ailleurs frôlé le K.-O. d'un tir trop croisé en contre (61e), alors que Soler avait raté un face-à-face avec le gardien (53e).

A l'heure de jeu, constatant l'impuissance de son équipe, Zidane a lancé sur la pelouse Gareth Bale et Isco, remplaçants au coup d'envoi.

Mais rien n'y a fait, ni la frappe sèche de Marcelo (55e), ni la tête de Sergio Ramos à côté (79e). Et le but de Benzema, laissé seul dans la surface (90e 3), est arrivé trop tard pour relancer un Real Madrid qui risque fort de finir sa saison en roue libre.

Football

(nxp)