Hockey

22 juillet 2014 20:34; Act: 22.07.2014 20:40 Print

«El Nino» est prêt à faire chauffer les glaces de NHL

par Robin Carrel, Zuchwil - Nino Niederreiter est en train de s’établir dans la grande ligue. Au Minnesota, il a trouvé l’endroit parfait pour progresser. Rencontre.

storybild

Lailier de 1m88 a marqué 14 buts et offert 22 assists avec le Minnesota Wild. (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a eu la pression de sa draft (5e en 2010). Il y a eu ensuite ses débuts difficiles chez les grands, quand il n’avait pas la confiance des New York Islanders. Autant de pressions que Nino Niederreiter a jugulées depuis son explosion au Mondial 2013 à Stockholm. «J’y ai récolté beaucoup de confiance, a-t-il dit hier, lors d’un camp d’entraînement à Zuchwil (SO). J’étais arrivé après une saison pleine en AHL (ndlr: 50 points) et c’était plus simple de s’y exprimer qu’en jouant 5 minutes par rencontre à Long Island… J’étais frustré de ne pas avoir ma chance. Je pense que je la méritais.»

Dans la foulée, il a quitté New York pour le Minnesota et il a pu percer dans la meilleure des ligues. «Personne ne souhaite l’étiquette du «missed draft» (ndlr: espoir qui ne confirme pas). Je savais que je pouvais le faire», assure-t-il. Mieux, il a connu l’extase ultime: marquer un but en prolongation d’un match VII de play-off, face au Colorado.

Avec le Wild, il a aussi vu comment travaillent certaines stars, comme Parisé, Suter ou Pominville. «C’est simple: ce sont les premiers à aller sur la glace avant l’entraînement et les derniers à la quitter. Maintenant, à moi de continuer à progresser. La saison à venir est toujours la plus importante.»

Le Grison de 21 ans vit donc un été passionnant. Non seulement parce qu’il est en négociations pour prolonger son contrat au Minnesota (actuellement agent libre avec restriction, il espère parapher une entente de 2 ou 3 ans), mais aussi parce qu’il figure sur la couverture du jeu NHL 15. «C’était mon rêve. Je suis très fier, rigole-t-il. Je l’ai appris tôt dans l’année et je ne pouvais le dire à personne!»

Twitter > @RobinCarrel