France

10 juillet 2014 20:58; Act: 10.07.2014 22:09 Print

«Tim a beaucoup travaillé, j’espère que ça payera»

par Robin Carrel - Philippe Bozon y a toujours cru. De retour après une grave maladie, son fils vise désormais les sommets.

storybild

Le 28 mars, Tim Bozon était apparu très amaigri devant la presse (Photo: Keystone)

Une faute?

«Cela fait quelques mois que nous sommes rentrés en France. Depuis, nous sommes dans un processus pour que Tim se remette totalement de cet événement.» L’«événement», c’est une méningite qui avait forcé les médecins à le plonger dans un coma artificiel au mois de mars dernier.

Joint au téléphone du côté de Nice, où il suit de près l’évolution de son rejeton, Philippe Bozon ne cache pas son optimisme: «Il est quasiment à son poids de forme (ndlr: 87 kg). Il bosse dur, car son programme est chargé. Tim a beaucoup travaillé, j’espère que cela payera. Il y met toute son énergie.» L’attaquant est remonté sur la glace et retrouve gentiment ses sensations.

L’objectif de l’international français, âgé de 20 ans, est ambitieux. Il souhaite participer au camp d’entraînement des Canadiens de Montréal (la franchise de NHL qui l’a drafté en 64e position en 2012), qui débute le 8 septembre. «On y va étape par étape. Il est sur la bonne voie», indique son père.

L’ancien Servettien est toujours à la recherche d’un club à coacher, après des expériences mitigées à Lugano et à Sierre. Le premier Français à avoir griffé les patinoires de la meilleure ligue du monde (144 matches avec Saint-Louis entre 1991 et 1995) assure toutefois que son expérience ­professionnelle l’a aidé à gérer cette épreuve. «J’y ai toujours cru et je suis resté positif, ­assure-t-il. Maintenant, en tant que père, j’ai la chance de pouvoir aider mon fils à ­réaliser son rêve.»