Hockey sur glace

12 octobre 2019 22:04; Act: 12.10.2019 22:46 Print

Le leader carbure au super

par Christian Maillard, Bienne - Après avoir terrassé Fribourg vendredi (4-1), Bienne, s’appuyant sur un grand Hiller, a remis les jeunes servettiens à leur place, giflés 6 à 3.

storybild

Les Grenats n'ont pas tenu la distance ce soir à Bienne. (Photo: Keystone/Anthony Anex)

Sur ce sujet
Une faute?

Le HC Bienne n’est pas leader du championnat par hasard. Après avoir laissé passer la... rage, les joueurs de la Tissot Arena ont pris logiquement les devants alors que sur la glace il y avait beaucoup d’envie, d’allant et de talents des deux côtés. Il y avait surtout Jonas Hiller qui a permis à ces bons Seelandais de bien rester dans le match lorsque l’outrecuidant visiteur devenait trop menaçant. C’est Peter Schneider, en feu cette semaine, qui a renversé la vapeur après que le visiteur eut, de manière très audacieuse, ouvert la marque. Les Servettiens, sur leur lancée, ne s’étaient en effet pas posé de question, pour mettre d’emblée le nez à la fenêtre. Sans complexe, encore une fois. Mais contre une telle formation qui tourne actuellement à plein régime, cela n’a pas suffi...

L’Autrichien, qui avait déjà réussi un quadruplé mercredi à Klagenfurt en Ligue des Champions lors du succès biennois 6-3, a inscrit deux buts en neuf minutes (8e et 17e), le second en power-play, exploitant une faute peu évidente de Marco Maurer, l’ancien Biennois. Dans un bon soir, Anssi Salmela était passé par là pour mettre en bonne position l’ex-attaquant de Vienne qui a peut-être trouvé le déclic lui qui n’avait fait trembler les filets qu’à une seule reprises lors de onze premières sorties de National League.
Les Grenat ont eu toutefois des chances d’égaliser à plusieurs repriises, mais Jonas Hiller s’y est opposé avec rigueur et autorité. Marco Miranda, bien servi par Maurer, se demande bien encore comment il a pu buter (22e) devant l’ex-goalie de NHL. Idem pour Eric Fehr (24e) lui l’ancien vainqueur de la Stanley, qui s’est cassé les dents sur lui; tout comme Eliot Berthon et Juraj Simek (28e) ainsi que Noah Rod (34e). Si dans l’autre camp, Gauthier Descloux a aussi sorti le grand jeu, le jeune gardien des Genevois n’a rien pu faire sur les tirs de Mike Künzle (29e) et de Marc-Antoine Pouliot (36e), laissé seul alors que les Seelandais évoluaient à nouveau en supériorité numérique après une deuxième pénalité d’un Maurer décidément bien nerveux contre ses anciens coéquipiers.

Avec un avantage de trois longueurs, les joueurs de Antti Törmänen ont pu dès lors gérer leur acquis et dérouler avec un nouveau but de Schneider (45e, sa 3e réussite) et de Jason Fuchs (46e), pour remporter leur neuvième succès de la saison, 6 à 3, le quatrième d’affilée.

Alors que ce leader, qui carbure au super, s’en ira batailler vendredi à Davos, les Servettiens, qui ont terminé la rencontre avec deux réussites de Roger Karrer (53e) et de Noah Rod (60e), ont désormais cinq jours pour préparer la venue de Lausanne HC aux Vernets.


Bienne - GE Servette 6-3 (2-1 2-0 2-2)
Tissot Arena. 5903 spectateurs. Arbitres: MM. Lemelin (EU), Gofman (Rus); Obwegeser, Dreyfus.
Buts: 7e Rod (Winnik) 0-1, 8e Schneider (Fey, Salmela) 1-1, 17e Schneider (Salmela/5 c 4) 2-1, 29e Künzle (Pouliot) 3-1, 36e Pouliot (Rajala/5 c 4) 4-1, 45e Schneider (Pouliot, Neuenschwander) 5-1, 46e Fuchs 6-1, 53e Karrer (Bozon/4 c 4) 6-2, 60e Rod (60e) 6-3.
Bienne: Hiller; Kreis, J Moser; Rathgeb, Forster; Sataric, Salmela; Fey; Hügli, Pouliot, Rajala; Riat, Cunti, Künzle; Schneider, Fuchs, Neuenschwander; Ulmer, Gustafsson, Tschantré; Lüthi. Coach: Antti Törmänen.
Genève-Servette: Descloux; Jacquemet, Olsson; Karrer, Maurer; Mercier, Le Coultre; Völlmin; Wingels, Winnik, Rod; Wick, Fehr, Bozon; Maillard, Smirnovs, Miranda; Kast, Berthon, Simek; J. Tanner. Coach: Patrick Emond.
Pénalités: 3 x 2’ contre Bienne; 4 x 2’ contre Genève-Servette.
Notes: Bienne sans Brunner (blessé). Ge/Servette sans Fritsche, Tömmernes, Richard, Douay (blessés), Guebey, Charlin, Heinimann ni Smons (à Sierre).

Hockey