Hockey sur glace

25 janvier 2020 22:25; Act: 25.01.2020 22:31 Print

Ge/Servette a retrouvé son jeu dans la capitale

par Christian Maillard, Berne - Les Genevois s'imposent en prolongation face à un Berne qui a été très souvent dominé.

Sur ce sujet
Une faute?

La veille, dans son bureau, Pat Emond s'attendait à un match compliqué du côté de la PostFinance Arena. Comme d'habitude avec ces Bernois qui restaient sur cinq victoires d'affilée dans leur fosse face aux Genevois, ils ont été coriaces. Le coach ne s'était pas trompé. Les Grenat qui n'avaient plus gagné dans la capitale depuis le 14 mars dernier (3-2) ont de nouveau obtenu deux bons points, même s'ils auraient mérité la totalité de l'enjeu.

Quand la machine se met en route, que les Bernois évoluent à leur niveau, difficile en effet de leur résister. Surtout pour ce Ge/Servette, dans une période difficile, qui se trouvait dans un petit trou, laissant une drôle d'impression, un goût amer, comme jeudi, un peu sonné, après s'est incliné 9 à 6 dans sa patinoire face à Zurich. Il n'avait fallu que 135 secondes à Sciaroni pour griffer la cage de Robert Mayer.

C'était plutôt mal parti. Mais après avoir «encaissé», le visiteur s'est vite remis dans le sens de la marche en gênant considérablement les Ours dans sa zone neutre. La tactique mise au point par le staff des Grenat allait permettre à Eric Fehr de marquer son 4e but en deux jours, une réussite de toute beauté à la 11e minute.

Celle de Andrew Ebbett, déviant un tir canon de Tristan Scherwey onze secondes plus tard ne sera pas vilaine non plus. Cette rencontre partie à cent à l'heure à la PostFinance Arena a tenu toutes ses promesses avec des Genevois qui ont souvent dominé (13 tirs à 9) avant que Henrik Tömmernes ne glisse la rondelle entre les jambes de Karhunen (13e).

Eric Fehr, qui n'avait jamas marqué autant de buts dans sa carrière, a encore trouvé l'ouverture au milieu d'un deuxième tiers (30e) où les Servettiens, vraiment plus forts ont tourné autour des Ours malmenés, en mitraillant le portier Karhunen. Même durant quatre minutes avec un homme de plus sur la glace (de la 34e à la 38e), les Bernois les Bernois se sont retrouvés chahutés, dans leurs petits patins, incapables de retrouver leurs esprits ou si peu.

Méconnaissables et vraiment bien payés alors que les Servettiens ont tiré 20 fois en direction du portier Finlandais alors que Mayer n'a reçu que neuf pucks cadrés, le premier après 31 minutes...

Mais les Grenat n'étaient pas à l'abri d'un retour de ces Bernois qui ne sont pas du genre à renoncer. Pour n'avoir pas été en mesure de tuer la rencontre, GE/Servette a été puni, Berne égalisant grâce à un tir puissant de Inti Pestoni (48e).

Il a fallu un tout grand Robert Mayer et une défense bien à son affaire pour permettre finalement à... Roger Karrer d'offrir un succès mérité aux Genevois en prolongation, profitant d'un magnifique travail de Tanner Richard et Tommy Wingels. Les Grenat ont retrouvé une équipe dans la capitale.

Christian Maillard, Berne

Berne - Ge/Servette 3-4 ap (2-2 0-1 1-0)

PostFinance Arena. 15550 spectateurs. Arbitres: MM. Dipietro, Piechaczek (All); Obwegeser, Altmann.

Buts:3e Sciaroni 1-0, 11e (10'02'') Fehr 1-1, 11e (10'23'') Ebbett (Scherwey) 2-1, 13e Tömmernes 2-2, 30e Fehr (Winnik, Maurer) 2-3, 48e Pestoni (Arcobello) 3-3, 62e Karrer (Wingels, Richard) 3-4.

Berne: Karhunen; Untersander, MacDonald; Krueger, Blum; Andersson, B. Gerber; C. Gerber; Praplan, Arcobello, Moser; Ruefenacht, Ebbett, Scherwey; Sciaroni, Heim, Pestoni; J. Gerber, Berger, Kämpf. Coach: Kari Jalunen.

Ge/Servette: Mayer; Karrer, Maurer; Jacquemet, Tömmernes; Le Coultre, Kast; Smons; Miranda, Fehr, Winnik; Wingels, Richard, Patry; Wick, Smirnovs, Bozon; Riat, Berthon, Maillard; Douay. Coach: Patrick Emond.

Pénalités: 3 x 2' contre Berne; 3 x 2' + 1 x 10' (Maurer/charge contre la tête) contre GE Servette.

Notes: Berne sans Grassi, Bieber, Burren, Henauer (blessés) ni Mursak (surnuméraire). Ge/Servette sans Mercier, Völlmin, Fritsche (blessés), Rod (suspendu), Guebey, Charlin, Kyparissis, Vouillamoz ni Heinimann (avec Sierre).

Hockey