LNA

24 janvier 2012 19:45; Act: 24.01.2012 22:55 Print

Genève a son destin en main

par Grégory Beaud, Genève - Faciles vainqueurs de Fribourg-Gottéron, les Aigles profitent également de la défaite de Bienne dans la course pour les play-off.

storybild

Les Aigles ont battu des Dragons presque inexistants dans le premier tiers-temps. (Photo: Keystone)

Une faute?

Il était 21 h 46 lorsque les Vernets ont appris la bonne nouvelle – pour eux –en provenance du Seeland. Dans leur lutte à distance qu’ils livrent avec Bienne, les Genevois devaient compter sur un faux-pas adverse pour être maîtres de leur destin. Alors que les joueurs locaux menaient tranquillement face à Gottéron, le tableau d’affichage a montré le score entre les Biennois et les Zurichs Lions (2-5).

Les deux résultats plaidant en faveur des Aigles, les supporters locaux ont pu à nouveau rêver de play-off. Pour atteindre les séries éliminatoires, les joueurs de Chris McSorley n’ont «plus qu’à» remporter tous leurs matches jusqu'à la fin de la saison régulière avec, en point d’orgue, le duel à Bienne, samedi.

Pour faire ce nouveau pas de géant en direction des play-off, les Genevois ont pu compter sur un Stephan en état de grâce. A la 13e minute, le gardien des Vernets s’est parfaitement interposé devant Jeannin, avant que les Aigles ne marquent le 3-0 sur la contre-attaque. Par la suite, il a annihilé tous les embryons de rébellion fribourgeois.

Fribourg, de son côté, n’a jamais affiché l’état d’esprit qui était le sien samedi, lorsqu’il avait offert un cours particulier à Berne (6-1). Hier, les Dragons n’ont pas semblé autant concernés.

Bien qu’orphelins de Rosa, Heins, Bykov et Vauclair, les Fribourgeois seraient mal inspirés d’invoquer ces absences comme excuse. Face à des Aigles habitués à composer sans plusieurs pièces maîtresses, Hans Kossmann et ses joueurs n’ont jamais trouvé la bonne alchimie. Offensivement, un joueur par ligne manquait à l’appel. Le brassage qui en a découlé n’a jamais été couronné de succès.

Hier, Fribourg a subi sa 4e défaite de suite aux Vernets, sans jamais pouvoir inverser la tendance. Chris McSorley a pour habitude de dire que son équipe est en mode «commando» depuis bientôt deux mois. Hier, Fribourg Gottéron était plutôt en mode «7e compagnie».


Genève-Servette - Fribourg Gottéron 3-1 (3-0 0-0 0-1)

Les Vernets. 7146 spectateurs (guichets fermés). Arbitres: Reiber/Rochette, Bürgi/Marti. Buts: 2e (1'51) Rubin (Salmelainen, Vampola/à 5 contre 4) 1-0. 7e Trachsler 2-0. 13e Rubin (Salmelainen, Vampola) 3-0. 55e Plüss (Jeannin, Sprunger) 3-1. Pénalités: 4 x 2' contre Genève-Servette, 5 x 2' contre Fribourg Gottéron. Topscorers Postfinance: Fata, Sprunger.

Genève-Servette: Stephan; Mercier, Bezina; Pothier, Gautschi; Stalder, Gian-Andrea Randegger; Rubin, Salmelainen, Vampola; Simek, Trachsler, Fata; John Fritsche, Flurin Randegger, Friedli; Roland Gerber, Benjamin Antonietti, Pivron; Eliot Antonietti.

Fribourg Gottéron: Huet; Loeffel, Barinka; Ngoy, Abplanalp; Lukas Gerber, Birbaum; Barbezat, Collenberg; Hasani, Dubé, Gamache; Sprunger, Botter, Plüss; Knoepfli, Jeannin, Afanasenkov; Cadieux, Lüssy, Brügger.

Notes: Genève-Servette sans Walsky, Vukovic, Berthon, Schneeberger, Savary (blessés), Rivera, Dan Fritsche (malades), Hecquefeuille (avec Lausanne) ni Vermeille (surnuméraire), mais avec Stalder et Benjamin Antonietti (prêtés par Lausanne). Fribourg Gottéron sans Rosa, Heins, Bykov (blessés) ni Vauclair (malade). 7e, temps-mort pour Fribourg Gottéron. 7e, Jeannin tire sur le poteau. 36e, temps-mort pour Genève-Servette. 58e, Sprunger tire sur le poteau. Fribourg Gottéron sans gardien de 58'57 à la fin du match.

(ats)