Genève-Servette

16 février 2011 21:47; Act: 16.02.2011 21:57 Print

McSorley pressé, la Ville attend des comptes

par J.-Ph Pressl-Wenger - Le feuilleton entre le GSHC et la Ville a rebondi alors que des rumeurs envoient le coach canadien à Lausanne.

storybild

McSorley: «J’attends du gouvernement local qu’il tienne ses engagements». (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Au terme de la partie gagnée 3-0 face à Ambri mardi, Chris McSorley a tenu à mettre les choses au point quant à son attachement à la Ville du bout du lac. «En 2001, quand je suis sorti de l’avion, je me suis lié à Genève, a rappelé l’Ontarien. La seule façon dont j’imagine quitter le banc, c’est les pieds devant.»

McSorley a également montré quelques signes d’impatience en rapport avec le dossier de la patinoire. «La Ville doit réagir, a soutenu le technicien. J’attends du gouvernement local qu’il tienne ses engagements. Si nous n’obtenons pas le soutien escompté, il faudra réduire drastiquement le budget, quitte à devenir un club formateur. Je veux avant tout sauvegarder ce qui a été mis en place, surtout au niveau des juniors.»

Le Canadien a mis en lumière les efforts entrepris par les autres clubs de LNA au niveau des infrastructures, à Zoug, Bienne et Zurich. «Même à Lausanne, certains projets pour la patinoire de Malley sont très intéressants, a indiqué McSorley. Si Genève n’entreprend pas quelque chose rapidement, nous aurons un tel retard par rapport aux autres, que cette ligue ne sera alors plus la nôtre.»

De son côté, Genève ne reste pas les bras croisés. «Actuellement, le projet du club qui est soutenu par la Ville et devisé à 14 millions de francs est coincé à la commission des finances car le club n’a toujours pas présenté ses comptes, a expliqué Rémy Pagani, chef du département des constructions et de l’aménagement, joint par téléphone. Ce qui est certain, a poursuivi l’élu de gauche, c’est que même en se dépêchant, il n’y aura pas de nouvelle patinoire à Genève avant 5 ans.»

Une rencontre entre l’Administration et le club est prévue jeudi. Le secteur de la formation devrait notamment être discuté. «S’ils viennent avec un nouveau projet, a regretté Pagani, cela ne fera que brouiller un peu plus les cartes».