Hockey - NHL

28 février 2019 08:10; Act: 28.02.2019 11:40 Print

Mirco Müller victime d'un accident terrifiant

Le défenseur zurichois des Devils a trébuché et heurté la bande la tête la première. Il a rassuré un peu en sortant de la glace.

storybild

Mirco Müller a été évacué sur une civière sous les yeux d'un public inquiet. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Mirco Müller (23 ans) a semé l'effroi dans le Prudential Center de Newark lors du match de NHL entre les New Jersey Devils et les Calgary Flames (1-2) qui s'est déroulé dans la nuit de mercredi à jeudi.

Lors de la troisième période, alors qu'il était à la lutte avec Michael Frolik pour tenter de récupérer une rondelle derrière le filet de MacKenzie Blackwood, le défenseur zurichois des Devils a trébuché et heurté la bande la tête la première.

L'image ne souffre d'aucune discussion. Le choc est fortuit, l'attaquant tchèque de l'équipe albertaine n'ayant commis aucune infraction sur la séquence. Il n'a d'ailleurs pas été sanctionné par les arbitres.

Pendant de longues minutes, Müller est demeuré immobile sur la glace. Il a été pris en charge par les médecins des deux équipes qui l'ont manipulé avec précaution et évacué sur une civière sous les yeux d'un public inquiet, longtemps muet avant d'entonner le nom de l'ancien joueur de Winterthour.

Alors qu'il était acheminé aux vestiaires, le Suisse a cependant eu un geste rassurant. Il a levé son bras droit et pointé le pouce en direction du plafond pour signifier qu'il avait retrouvé ses esprits et qu'il avait retrouvé des sensations dans ses membres.

Ainsi que le relate Amanda Stein, une journaliste qui suit les activités des Devils au quotidien, Mirco Müller a été capable de s'asseoir dans les vestiaires. Puis a été conduit en ambulance à l'Hôpital universitaire de Newark afin de passer des examens. Après la rencontre, les joueurs des Flames n'ont presque pas parlé du match. Mais, à l'instar de Mark Giordano, ils ont manifesté leur soutien à Müller.

«J'espère qu'il est OK, a déclaré l'attaquant de Calgary. Il me semble qu'il a pu bouger ses mains et ses jambes, ce qui constitue une bonne nouvelle. Mais il ne semblait pas si bien Toutes nos pensées sont avec lui.» Kevin Rooney, le coéquipier de Müller, était encore bouleversé au moment de l'interview: «C'était vraiment effrayant. Je n'avais encore jamais vu une patinoire aussi silencieuse. Cette peur, on l'a également vue sur le visage des joueurs des Flames.»

Hockey

(Sport-Center)