Tristan Scherwey (Hockey)

03 août 2019 14:14; Act: 03.08.2019 21:48 Print

«Si j'étais un fan adverse, je me détesterais»

par Grégory Beaud, Berne - Vendredi soir, Tristan Scherwey a été élu joueur le plus populaire du championnat. Un joli clin d'oeil pour un joueur qui polarise autant l'attention.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Entre l'amour quasi inconditionnel des fans bernois pour lui et les sifflets qu'il draine partout en Suisse, Tristan Scherwey peut se vanter de ne pas laisser indifférent. Vendredi soir, dans le cadre des «Swiss Ice Hockey Awards», le Fribourgeois du SCB a pourtant reçu le prix du «MPP» (Most Popular Player) désigné par les fans. De quoi surprendre. Interview au pied du podium avec le chef de meute des Ours de la capitale.

Tristan Scherwey, être désigné joueur le plus populaire du championnat par les fans, c'est une revanche pour vous?

Non je n'ai pas pensé à ça lorsque j'ai reçu ce prix. A aucun moment. J'ai appris à vivre avec mon image, depuis le temps. Je sais quel genre de joueur je suis et ce que je peux apporter sur la glace. Mais il est vrai que j'ai beaucoup évolué entre mes débuts professionnels à 18 ans et aujourd'hui. Je sais peut-être mieux gérer certaines situations sur la glace. Est-ce que les gens le remarquent? Peut-être. Mais que je sois détesté à certains endroits, je fais avec car je sais que cela fait partie du sport. Mais derrière le joueur, je suis un être humain quand même (il rigole). J'ai des valeurs qui comptent énormément et je sais que les gens qui m'apprécient me respectent pour cela. Après, je peux vivre avec ceux qui ne m'aiment pas.

Ces limites dépassées, justement, comment les gérez-vous désormais?

Ce qui compte, à la fin, c'est le résultat. Dans un sport d'équipe, tu as un rôle à jouer. Peu importe ce que tu as besoin de faire pour gagner, il faut le faire. Mais cela ne doit pas vouloir dire dépasser certaines bornes. Par le passé, je les ai souvent dépassées et j'en suis conscient. Je suis toujours à la limite. Est-ce que cela se passera à nouveau? Je ne peux pas le dire. Mais je crois désormais être davantage capable de maîtriser mes émotions et de ne pas aller trop loin. C'est un travail qui prend du temps, mais je pense être sur le bon chemin.

Pensez-vous que les gens comprennent enfin qui est Tristan Scherwey?

Oui et non. Je sais que je suis très apprécié à Berne pour ce que je fais sur la glace et en dehors. J'aime passer du temps avec les fans et essayer de leur rendre un peu de tout ce qu'ils m'apportent. Ça, c'est à Berne. Pour les gens des autres clubs, je ne triche pas et je suis qui je suis. Mais vous savez, si j'étais un fan d'un autre club que Berne , je détesterais probablement Tristan Scherwey (rires). Je serais exactement comme ceux qui m'insultent ou me crient dessus. Il faut des émotions dans ce sport et j'aime en jouer.

Hockey

(nxp)