Tournée des Quatre Tremplins

28 décembre 2011 10:07; Act: 28.12.2011 10:31 Print

Ammann en outsider

Simon Ammann n'est qu'un outsider parmi d'autres dans la traditionnelle Tournée des Quatre Tremplins, dont le premier concours aura lieu vendredi à Oberstdorf (All).

Une faute?

Auteur d'un début de saison mitigé, le St-Gallois veut cependant toujours croire en ses chances de s'adjuger pour la première fois la tournée austro-allemande.

Le sauteur du Toggenburg reste, à désormais 30 ans, le maître du «timing». Tant sur la table d'élan que dans l'art d'être prêt le jour J. Ses quatre titres olympiques et ses deux sacres mondiaux (grand tremplin 2007, vol à skis 2010) sont là pour en attester.

Trois fois 9e jusqu'ici

Simon Ammann n'affiche pas un moral à toute épreuve avant le principal rendez-vous d'un hiver sans grand championnat. A la recherche des bons réglages en début de saison, il n'a jusqu'ici pu faire mieux que 9e en Coupe du monde, un rang qu'il a occupé à trois reprises (Lillehammer, Engelberg deux fois).

Reste qu'il faudra certainement compter avec lui s'il n'est pas trahi par son matériel ou par les conditions météorologiques. Bon nombre de ses adversaires ne maîtrisent par leurs nerfs lorsqu'ils peuvent jouer la gagne. Ce n'est pas son cas. Bien au contraire, «Simi» se régale lorsque l'enjeu est grand.

Déclic à Engelberg ?

Simon Ammann sera servi dans cette 60e Tournée des Quatre Tremplins, seul titre majeur manquant à son palmarès. La pression sera même énorme. D'autant plus que le St-Gallois pourrait ranger ses lattes au terme de cette saison, sa 15e au plus haut niveau.

Le deuxième des Tournées 2008/2009 et 2010/2011 semble cependant s'être rapproché de son meilleur niveau. Il a en effet signé la deuxième meilleure performance de la dernière manche effectuée en compétition, la deuxième du second concours d'Engelberg (135,5 mètres). «C'est le coup de pouce du destin que je cherchais», avait-il lâché.

Ce déclic est survenu au meilleur moment, au grand dam de ses adversaires. Tout n'est cependant pas parfait pour Simon Ammann, qui n'a pas (encore) trouvé le «timing» idéal sur la table d'élan. Le vainqueur du classement général de la Coupe du monde 2009/2010 a également manqué jusqu'ici d'explosivité au moment de l'envol. Des handicaps qu'il a cherché à gommer en enchaînant les sauts et les séances de musculation après les épreuves d'Engelberg.

De nombreux candidats

Une chose est sûre avant cette Tournée, qui démarrera véritablement jeudi avec les qualifications du concours d'Oberstdorf: aucun favori ne se dégage réellement. Les candidats à la victoire finale sont nombreux: les Autrichiens Thomas Morgenstern (tenant du titre), Gregor Schlierenzauer et Andreas Kofler (leader de la Coupe du monde), les Allemands Severin Freund et Richard Freitag, le Polonais Kamil Stoch ou le Norvégien Anders Bardal peuvent tous y croire. Tout comme Simon Ammann.

Dans ces circonstances, il est difficile d'imaginer que le jackpot de 1 million de francs promis au sauteur remportant les quatre concours trouve preneur. Sven Hannawald devrait donc demeurer l'unique auteur d'un Grand Chelem (2001/2002).

Toujours le système du k.o.

Contrairement aux autres épreuves de Coupe du monde, cette Tournée se déroule par ailleurs toujours selon le système du k.o. en première manche. Vingt-cinq duels sont programmés, et les 25 vainqueur sont qualifiés pour la finale en compagnie de cinq «lucky losers». Des duels de prestige peuvent donc avoir lieu en première manche si les sauteurs pré-qualifiés (top 10 de la Coupe du monde) renoncent aux qualifications.

(ats)