Ski alpin

19 janvier 2019 15:20; Act: 19.01.2019 15:56 Print

Beat Feuz: «Rien n'est jamais gagné d'avance»

par Florian Müller, Wengen - Deuxième de la descente de Wengen, le Bernois adoptait un sourire de circonstance.

storybild

Beat Feuz: «Je peux très bien vivre avec cette deuxième place.» (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Beat Feuz, êtes-vous satisfait de votre course?

Je suis content bien sûr. C'est sûr qu'avec une descente parfaite, la victoire aurait été largement dans mes cordes, mais Vincent Kriechmayr n'est pas n'importe qui: c'est sûrement le meilleur technicien parmi les spécialistes de vitesse. Il a fait une course brillante, il m'a battu à la régulière, il faut l'accepter. Alors oui, je peux très bien vivre avec cette deuxième place.

Vous avez parlé de la course parfaite que vous auriez aimé réaliser. Où avez-vous raté le coche?

Sur le haut, Svindal était le plus rapide, mais on ne peut pas comparer parce qu'avec son gabarit il arrive à créer plus de vitesse que les autres descendeurs. Là où j'ai perdu la course face à Vincent, c'est entre la Minschkante et le Kernen-S, je n'ai pas skié de manière très propre, peut-être que les réglages de mon matériel n'étaient pas optimaux. Je n'ai pas réussi à emmener autant de vitesse que lors des entraînements. Pour tout vous avouer, j'étais même surpris de passer devant Svindal en arrivant en bas.

Mais déjà, vous avez secoué la tête, comme si vous saviez que ça ne suffirait pas?

A l'arrivée, j'ai tout de suite senti que ça allait être compliqué de rester devant, parce qu'il y avaient encore de gros clients en haut. Si un seul d'entre-deux arrivait à mieux négocier la partie technique que moi, alors il me battrait. Et le mérite en revient à Vincent.

Vous arriverez quand même à quitter Wengen avec un sourire sur le visage?

Oui, définitivement. Ce serait vraiment déplacé de ne pas être content avec une deuxième place sur le Lauberhorn. J'aimerais rappeler que rien ne va de soi, surtout sur la piste la plus longue de la saison qui laisse pas mal de place pour commettre l'une ou l'autre erreur. Beaucoup de gens pensaient, surtout après le premier entraînement, qu'il ne pouvait rien m'arriver. Mais rien n'est jamais gagné d'avance.

Sports d'hiver