Ski de fond

03 janvier 2016 12:34; Act: 03.01.2016 14:33 Print

Cologna dans le dur, loin derrière Sundby

Le Grison a montré une belle réaction dimanche lors de la poursuite 10 km en skating de Lenzerheide, 3e étape du Tour de Ski.

storybild

Le podium du jour: Sundby, au milieu, entouré de Petter Northug et de Didrik Toenseth. (Photo: Keystone)

Une faute?

Dario Cologna doit se rendre à l'évidence: il n'est pas aussi fort qu'attendu sur le Tour de Ski et doit faire face à un Norvégien actuellement imbattable, Martin Johnsrud Sundby.
Mais tout espoir d'accrocher le podium final n'est pas perdu pour le Grison, qui a signé dimanche le 3e chrono de la poursuite 10 km (en skating) pour remonter au 8e rang du général après trois étapes.

Avant les cinq dernières étapes et la cinquantaine de kilomètres encore à parcourir, le fondeur du Val Müstair compte un retard insurmontable - sauf accident - de 2'47 sur Sundby. Le Norvégien, déjà lauréat des deux dernières éditions, a survolé le 30 km en classique de samedi pour ensuite parfaitement «gérer» son avance dans la poursuite dominicale.

Trois Norvégiens occupent le podium provisoire, avec la 2e place de Petter Northug (à 1'30) et la 3e de Finn Haagen Krogh (à 2'0). Par rapport à ce dernier, Cologna affiche un débours de 47 secondes. Le coup paraît jouable pour la 3e place, «à condition de ne plus connaître la moindre faiblesse», comme l'a relevé Cologna. Samedi, sur le 30 km, le Grison s'était montré méconnaissable (12e). Dès que le train est parti dans le groupe des poursuivants derrière Sundby, vers le 18e km, il a été lâché et a manqué de forces.

Dimanche, il a montré une belle réaction, revenant rapidement sur le Russe Evgeny Belov, le Kazakh Alexey Poltoranin et le Canadien Alex Harvey pour rallier l'arrivée en 8e position. Il a réussi le 3e rang absolu de cette poursuite, derrière Krogh et le revenant champion olympique Alexander Legkov (RUS), transparent sur les deux premières étapes. De quoi, pour Cologna, puiser quelque espoir pour la suite, à commencer par le sprint de mardi à Oberstdorf.

Pointe de fatalisme

«Ma position n'est pas la meilleure, mais au moins, je me trouve en position d'attaquer», a analysé Cologna. «Je devrai me montrer meilleur et être présent tout au long des prochaines étapes pour viser le podium, qui n'apparaît pas si éloigné. Aujourd'hui (dimanche), j'ai fait une bonne course.»

Dans la voix et l'attitude de l'ancien sportif suisse de l'année percent cependant de la déception et une pointe de fatalisme face à la supériorité incontestable de Sundby, voire d'autres Norvégiens. Cologna, depuis le début de la saison, est trop inconstant pour jouer les tout premiers rôles. Il cultive aussi le paradoxe. Vendredi, dans la 1re étape, il avait signé son meilleur résultat en sprint depuis février 2013 avec sa 6e place. Avant de faillir le lendemain sur le 30 km.

Au général de la Coupe du monde, il est largué (12e), et il est clair déjà aujourd'hui qu'il n'atteindra pas ses deux objectifs de la saison, le globe de cristal et la victoire au Tour de Ski. Sur cette dernière épreuve, qu'il a gagnée trois fois, son dernier succès remonte à 2012.

Chez les femmes, la domination norvégienne est tout aussi éclatante. Mais il y a match entre Therese Johaug, la grande favorite, et Ingvild Flugstad Östberg. De façon surprenante, cette dernière a rattrapé et dépassé sa compatriote dans la poursuite (5 km) pour prendre la tête au général avec 14'' d'avance sur elle avant Oberstdorf.

Les Suissesses s'accrochent, au-delà de la 20e place. Seraina Boner, arrivée 23e dimanche, quitte le Tour pour s'en retourner sur le circuit des Ski Classics, sa spécialité. Et Nathalie von Siebenthal (22 ans), l'espoir bilingue (allemand-français) de Lauenen (BE), figure au 26e rang du général, à la lutte après la grippe qui l'a affaiblie à Noël.

(nxp/ats)