Ski freestyle

21 janvier 2015 15:39; Act: 21.01.2015 22:21 Print

Fabian Bösch, le surdoué doré

par Laurent Morel, Kreischberg - L’Obwaldien n’a pas déçu en devenant champion du monde de slopestyle, à seulement 17 ans.

storybild

Le jeune Suisse n'a laissé aucune chance à la concurrence. (Photo: Keystone/Barbara Gindl)

Une faute?

orsqu’il s’est retrouvé le nez dans la neige après quelques dizaines de mètres dans son premier run de finale hier, Fabian Bösch a laissé craindre le pire au clan suisse. Heureusement pour lui, réconforté par ses entraîneurs quelques minutes plus tard, il a pu remonter au départ de la piste de slopestyle de Kreischberg (Aut).

Déjà devant lors des qualifications, le skieur d’Engelberg a alors réussi un 2e passage de haut vol avec une facilité déconcertante, grâce notamment à beaucoup de fluidité et d’amplitude dans ses sauts. Il a pris le commandement pour ne plus le lâcher. «Il faut être très fort dans la tête pour réussir ce qu’il a fait après une chute», a souligné le Bernois Jonas Hunziker, 5e de l’épreuve.
Le héros du jour s’est ensuite permis d’accrocher un drapeau helvétique à un bâton avant d’entamer son dernier run, qui comptait pour beurre. Car, avant lui, ni l’Australien Russell Henshaw (2e) ni l’Américain Noah Wallace (3e) n’avaient pu contester sa supré­matie.

L’Obwaldien offre un premier titre masculin à la Suisse depuis le début des Mondiaux de ski freestyle et acrobatique en 1986. Le chef du domaine chez Swiss Ski a rappelé que son protégé a quitté l’alpin il y a moins de 5 ans. «Il était bon mais souhaitait être plus créatif, rappelle Christoph Perreten. En un an, il a rattrapé les autres et là, je suis convaincu qu’il aurait pu faire encore mieux. Il apprend très vite et n’a quasiment aucune limite.» De quoi laisser une belle marge de progression à ce champion réservé et ­timide, qui était le plus jeune au départ.