Ski alpin

06 février 2019 14:19; Act: 06.02.2019 15:54 Print

Beat Feuz: «Ce dossard 1, ce n'était pas idéal»

par Florian Müller, Åre - Seulement 18e du super-G des championnats du monde à Åre, le Suisse, champion du monde de descente, orientait déjà ses ardeurs vers l'épreuve reine de samedi.

storybild

Premier à arriver en bas de la piste, le Bernois était déjà conscient d'avoir manqué son affaire. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Avec ce dossard numéro 1, sur une piste aussi piégeuse, votre manche a été plutôt compliquée.

Oui, je n'avais aucun repère. Dominik Paris avait le dossard numéro 3 (ndlr: il a remporté la médaille d'or), lui a pu me voir descendre à la télévision et prendre quelques informations. Ce dossard 1 n'était pas idéal, c'est vrai.

Si vous aviez pu observer un concurrent, ça vous aurait aidé?

Je ne sais pas si ça aurait pour autant suffi pour une médaille, mais c'est sûr que ça m'aurait donné des indications précieuses. Il y a trois ou quatre passages que je ne skierais pas de la même manière à la lumière de ma course. A la reconnaissance, j'ai sans doute mal interprété des virages qui se sont révélés être plus compliqués que ce que j'avais imaginé.

La luminosité aussi, avec ce soleil très bas, vous a également dérangé?

Le tracé en lui-même était déjà plutôt compliqué, avec pas mal d'éliminations à la clé. Et la luminosité a changé juste avant la course: jusqu'à un quart d'heure avant le départ, c'était plus clair et ensuite ça s'est couvert. Il n'y a qu'à regarder les vingt premiers concurrents: personne n'a réussi la course parfaite, tous ont commis plusieurs erreurs.

Reste que cette contre-performance n'est pas dramatique pour vous. L'objectif reste encore et toujours la descente de samedi?

Ça aurait été quand même bien que j'arrive déjà à réaliser un truc aujourd'hui. Mais je savais que pour un podium en super-G il fallait vraiment que toutes les pièces du puzzle s'assemblent au bon moment, surtout avec le dossard 1. Lors de la descente, ce sera une nouvelle course et j'espère bien répondre présent.

Beaucoup d'athlètes se plaignent du froid particulièrement piquant. C'est un facteur qui peut aussi vous déranger?

Ce n'est pas que je les adore, mais je vis plutôt bien avec ce genre de conditions. Si ça reste comme ça, ça devrait plutôt bien me convenir.

Sports d'hiver