Super-G de Val Gardena

16 décembre 2011 13:30; Act: 16.12.2011 20:33 Print

Feuz s'impose devant Miller

Beat Feuz tient enfin sa victoire cette saison. Souvent bien placé mais jamais vainqueur, le Bernois s'est adjugé le super-G de Val Gardena (It).

storybild

Feuz confirme qu'il est bel et bien le no 1 de la vitesse. (Photo: Keystone/AP)

Une faute?

Beat Feuz n'en finit plus de monter en puissance. Souvent bien placé mais jamais vainqueur cette saison, le Bernois a comblé cette lacune en s'imposant en super-G à Val Gardena (It).

Pour y parvenir, l'Emmentalois de 24 ans s'est offert le luxe de devancer Bode Miller. Avec son petit dossard, l'Américain a vu tous les cadors buter sur son chrono. Tous sauf un, Beat Feuz, 26e coureur à s'élancer et vainqueur avec 30 centièmes d'avance.

«Ce succès est d'autant plus spécial que je m'impose devant Bode Miller. C'est mon idole de jeunesse. Je le regardais à la télévision, c'était toujours spectaculaire», a raconté Feuz. «A Beaver Creek (réd: le 2 décembre en descente), j'avais déjà failli le battre. Il s'en était fallu de quatre centièmes pour que je gagne», a-t-il rappelé.

Une bête de course

Beat Feuz doit pourtant s'habituer à mater les stars du circuit. En ce début de saison, il est l'incontestable no 1 mondial en vitesse. Un coup d'oeil à ses derniers résultats suffit pour s'en convaincre. Avant de triompher dans les Dolomites, il avait accumulé trois podiums en quatre courses lors de la tournée nord-américaine. Cette impressionnante série avait même débuté en mars dernier en descente à Kvitfjell (No), où il avait fêté sa première victoire sur le circuit.

S'il n'est désormais plus étonnant de retrouver Feuz aux avant-postes, sa prestation aux entraînements (36e et 40e) n'augurait toutefois pas une telle démonstration. Tout comme d'ailleurs son manque de référence sur la Saslong, qu'il n'avait jusqu'ici dévalée qu'une seule fois en Coupe du monde (51e en 2009).

«Mais je savais que je pouvais faire nettement mieux le jour J. Je suis une bête de course», a reconnu le triple champion du monde juniors en 2007.

Bode Miller s'est incliné sans pester face à son cadet de 10 ans. «La victoire de Feuz ne me surprend pas», a-t-il estimé. «Il a démarré fort la saison et il skie très bien. Il y a chez lui une intensité unique dans le ski, de haut en bas de la pente. Je l'avais déjà remarqué l'an passé», a relevé l'Américain.

Les autres Suisses largués

Derrière Feuz, Didier Défago a poursuivi sa patiente remontée parmi l'élite. Le Valaisan s'est classé 12e, signant son meilleur résultat depuis son retour de blessure.

Cela s'est beaucoup moins bien passé pour les autres Suisses. A la peine dès le haut du parcours, Didier Cuche a dû se contenter du 19e rang. Sa réaction est attendue pour la descente de samedi, toujours à Val Gardena.

Quant à Carlo Janka et Silvan Zurbriggen, ils ont continué de sombrer. Toujours en délicatesse avec son dos, Janka s'est classé 39e. Pour sa part en manque de confiance, Zurbriggen a échoué à la 47e place.

La journée a finalement été fructueuse pour la Norvège. Le «géantiste» Kjetil Jansrud (3e) a fêté son premier podium en super-G, confirmant ses progrès en vitesse. De son côté, Aksel Lund Svindal (4e) a conservé la tête du classement général de la Coupe du monde. Il ne compte toutefois plus que 24 points d'avance sur Feuz.

(ats)