Ski de fond

21 février 2019 09:12; Act: 21.02.2019 11:07 Print

Jovian Hediger: «On va se faire plaisir»

par Simon Meier, Seefeld (Aut) - Le fondeur vaudois dispute ce jeudi dès midi le sprint des Mondiaux de Seefeld. Revenu de blessure, léger, il semble prêt.

storybild

Jovian Hediger à propos du tracé de Seefeld: «C'est un bon parcours pour sprinters, on va se faire plaisir.» (Photo: Keystone)

Une faute?

Jovian Hediger, les conditions sont bonnes ici à Seefeld, et vous êtes en forme puisque vous venez de faire 9e à Cogne. Autrement dit, pas d'excuse, il faut claquer une grosse performance

Je ne cherche jamais d'excuses, de toute façon. Mais c'est vrai que je me sens bien, je me réjouis. D'une manière générale, je suis content. Parce que si je pense à mon été, je n'aurais peut-être pas pu espérer d'arriver là dans d'aussi bonnes conditions. Maintenant, à moi d'utiliser cette situation, cette légèreté que j'ai peut-être en plus.

Et si, finalement, cette opération à la hanche, subie fin mai, avait été un mal pour un bien?

Qui sait? Peut-être. En tout cas, je me réjouis. J'ai clairement bossé sur cet objectif des Mondiaux. C'est une saison où je me suis dit qu'il faudrait accepter de passer parfois à côté – comme cela a été le cas encore il y a deux semaines à Lahti. J'étais 45e du prologue, mais voilà, il ne fallait pas s'énerver. En fait, j'étais dans les temps. Mais après les gros blocs d'entraînement de janvier, il y a eu un contrecoup.

Si on vous dit que vous êtes plus fort que jamais, êtes-vous d'accord?

Oui, même si j'avais aussi bossé les années précédentes. Disons qu'au vu de la situation, je ne pourrais pas être dans de meilleures perspectives.

Ce sont vos quatrièmes Mondiaux. A quel point cette fameuse expérience constitue-t-elle un atout?

En sprint, chaque course accumulée nous permet de réapprendre quelque chose. Dans la gestion d'un championnat aussi, on apprend avec l'expérience. On gère mieux les à côté, on arrive à oublier un peu l'importance de l'événement. Mais le jour J, la boule au ventre est toujours présente, peut-être encore plus. Accumuler les championnats, ce n'est en tout cas pas un désavantage.

Un mot sur le parcours de ce sprint?

Sur de telles autoroutes, avec d'aussi belles conditions, ça va être magnifique. Par rapport à l'année passée, ils ont créé plus d'espaces et déplacé le départ. Il y a un gros effort à faire au début, avec cette grosse montée, puis une suite à peine plus facile, où il va falloir bien bosser sur les jambes, avec pas mal de faux-plats descendants. C'est un bon parcours pour des sprinters, on va se faire plaisir.

Sports d'hiver

(nxp)