Xtreme de Verbier (VS)

22 mars 2013 20:13; Act: 22.03.2013 20:51 Print

La novice Estelle Balet dompte le Bec des Rosses

par Raphaël Crettol, Verbier - Bénéficiaire d’une invitation, la jeune freerideuse valaisanne a pris une magnifique deuxième place à l’Xtreme de Verbier dans la catégorie snowboard

storybild

La snowboardeuse de Vercorin (VS) lors de son run quasi-victorieux. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Estelle Balet a fait une entrée fracassante sur le Freeride World Tour. Condamnée à faire ses armes sur le circuit de qualification en raison de son jeune âge, la snowboardeuse de Vercorin a pu se mesurer à la crème du freeride grâce à une «wildcard». Dire qu’elle a fait honneur à son invitation serait un euphémisme tant la Valaisanne a impressionné sur la redoutable face du Bec des Rosses.

Auteure d’un «run» fluide et engagé, Estelle Balet a pourtant dû composer avec une légère modification de ligne. «Je n’ai pas pu tenir la trajectoire que j’avais prévu. J’ai dû improviser au milieu de mon parcours», relève la pétillante freerideuse de 18 ans. Ce petit écart ne l’a pas empêché de terminer au 2e rang de l’épreuve, derrière l’intouchable Française Elodie Mouthon.

«C’était déjà incroyable de recevoir une wildcard pour cette course… Et maintenant, je me retrouve sur le podium ! C’est la cerise sur le gâteau», s’exclame la Valaisanne qui s’entraîne régulièrement à Verbier. «Ce résultat me permet d’aborder la saison prochaine en pleine confiance.» Fort de son premier rang sur le circuit de qualification, elle est assurée d’une place fixe sur le Freeride World Tour la saison prochaine.

Une face redoutée et redoutable

Estelle Balet affrontait pour la première fois le majestueux Bec des Rosses en compétition. Elle a pu mesurer toute l’adrénaline et les émotions que procure cette épreuve qui couronne les meilleurs freerideurs de la saison. «Quand on est au départ, on a forcément un petit pincement au cœur, mais on ne pense à rien d’autre que son run. Les émotions ne sont libérées qu’une fois arrivé au bas de la piste», explique-t-elle.

Le snowboardeur valaisan Emilien Badoux, 5e de l’épreuve, abonde en ce sens: «Cette épreuve te force à te surpasser. Quand tu rides, tu ne penses qu’au moment présent. Aucune pensée parasite ne doit traverser l’esprit. Même si les sensations sont géniales, on vit l’arrivée comme une véritable libération, un soulagement intense.»

Le spectacle était également au rendez-vous dans la catégorie reine des skieurs hommes, malgré un report dû aux nappes de brouillard qui enveloppaient le sommet du Bec des Rosses. Sur une pente exigeante peu propices aux figures de freestyle, c’est le Français Kevin Guri qui a triomphé et soufflé la victoire finale au Suédois Reine Barkered, son dauphin du jour. Unique Suisse engagé dans cette catégorie après le forfait sur blessure de Jérémie Heitz, le Haut-Valaisan Samuel Anthamatten s’est classé au 9e rang.

«J’ai voulu trop assurer au début de mon run. Du coup, j’étais trop lent dans toute la première portion. Mais au final, je suis content d’avoir pu disputer toute la saison après ma blessure», explique le freerideur de Zermatt qui s’était déchiré les ligaments croisés du genou au mois de mai dernier. Chez les femmes, la victoire est revenue à la Suédoise Matilda Rapaport.