Ski alpin

15 février 2019 13:09; Act: 15.02.2019 14:11 Print

Lara Gut-Behrami: «Je vais retrouver mon mari»

par Florian Müller, Are - Au terme de Mondiaux décevants, la Tessinoise est revenue sur le processus qu'elle tente de mettre en place pour retrouver ses meilleures sensations.

storybild

Lara Gut-Behrami ne gardera pas un souvenir impérissable d'Are, en terme de résultats. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Dans l'aire d'arrivée de la première manche du slalom géant des Championnats du monde, Lara Gut a tenu à faire passer un message en ce jour de la Saint-Valentin. Une inscription au creux du gant à l'adresse de son mari: «Ti amo». Comme pour mieux nous faire comprendre que pour elle, toute la saison durant, l'essentiel n'avait pas été ici, sur les skis, mais là-bas, dans les bras de l'homme qu'elle aime.

De ces Mondiaux suédois, Lara Gut-Behrami ne retiendra pas les résultats bruts - 9e en super-G, 8e en descente et 21e en slalom géant. Reste qu'elle semble avoir retrouvé une forme de décontraction au moment de s'exprimer, de lucidité aussi, qui pourrait - qui sait - vite déteindre sur sa manière de skier.

Lara Gut, comment avez-vous vécu votre dernière course de ces Mondiaux?

C'était une course particulière, parce qu'on avait préparé les skis pour d'autres conditions et tout à coup ça se réchauffe et c'est le déluge universel (sic). C'était un challenge, pour les athlètes, pour les coaches, pour l'organisation.

Et pour vous plus personnellement?

C'était une manche compliquée, on ne va pas se raconter des histoires. Je n'ai pas encore le bon rythme, je ne fais pas ce que je suis capable de faire. Quand tout va bien, tout va de soi, tout est simple. Et quand tout est compliqué, ça ne veut simplement pas. Pour sortir de ça? Il n'y a que le travail. Pour retrouver la confiance, car je sais que j'en suis capable. Ce n'est pas la première fois que ça ne fonctionne pas, et il faut se souvenir qu'on a déjà réussi à surmonter ce genre d'obstacles.

Cette constance que vous cherchez en slalom géant, c'est la base de vos performances?

Je sais que si je n'ai pas la constance en slalom géant, alors je ne l'aurai pas non plus en super-G et en descente. C'est ça que je cherche, je veux retrouver le podium l'année prochaine en géant et redevenir régulière dans les autres disciplines.

Qu'est-ce que vous attendez de la fin de cette saison?

Il y a encore quatre week-ends de compétition. D'un côté c'est sûr que j'aimerais m'arrêter là et me concentrer uniquement sur l'entraînement pour remettre en place ma technique de virage. Mais ce n'est pas mon plan. Il y a des courses à faire et je veux les faire. Il y a des points, importants pour la liste de départ, à aller chercher, aussi en vue de l'année prochaine. Et il y a aussi des courses qui me plaisent, à commencer par Crans-Montana.

Qu'allez-vous faire ces prochains jours avant de rejoindre Crans-Montana le week-end prochain?

Vendredi je vais encore regarder la course de mon frère (ndlr: Ian Gut, engagé en slalom géant pour le Liechtenstein). Pour une fois ça sera la soeur qui regarde. Ensuite je vais retrouver mon mari. Et puis Crans-Montana, une piste qui me plait, où j'étais souvent rapide à l'entraînement mais dont je n'ai que rarement vu l'arrivée en raison des annulations.

Sports d'hiver

(nxp)