Ski alpin

18 février 2019 11:44; Act: 18.02.2019 12:07 Print

Les mystérieux souliers de Wendy Holdener

Selon des responsables de la marque Rossignol, la Suissesse, équipée par Head, a skié avec des chaussures de leur marque.

storybild

Les chaussures toutes blanches de Wendy Holdener. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Au lendemain de la fin des Mondiaux d'Are (Suède), les coulisses sont le théâtre d'une polémique autour de skieurs médaillés, dont Wendy Holdener etle Français Alexis Pinturault, soupçonnés d'avoir été équipés de chaussures plus performantes d'une marque concurrente de leur équipementier.

Une histoire de détails techniques et de gros sous: les chaussures, leur forme, leur rigidité, leurs réglages, font partie des infinis facteurs de la performance en ski, où les contrats entre marques et champions peuvent atteindre plusieurs centaines de milliers d'euros annuels.

Depuis plusieurs semaines, des skieurs sous contrat avec la marque autrichienne Head utilisent des chaussures blanches vierges de tout logo, notamment deux multi-médaillés des Mondiaux: Alexis Pinturault (or en combiné, bronze en géant, 4e du slalom dimanche) et Wendy Holdener (or en combiné et team event).

Le problème? La marque française Rossignol est persuadée de reconnaître l'un de ses modèles.

Des prototypes sortis des usines Head?

«Nous sommes certains que ce sont soit des coques Rossignol, soit des copies de nos chaussures, indique à l'AFP le PDG de Rossignol Bruno Cercley. Pour Wendy Holdener, nous sommes même certains que c'est une coque Rossignol».

L'équipementier explique avoir demandé des comptes à son concurrent Head, qui lui aurait rétorqué que les chaussures sont des prototypes sortis de ses usines.

«Toute cette histoire est ridicule. Je n'ai aucun autre commentaire à faire», a répondu à l'AFP le directeur des courses de la marque autrichienne Rainer Salzgeber.

Les skieurs regardent de loin cette polémique, ils enfilent simplement les chaussures que fournit leur équipementier: Alexis Pinturault a par exemple reçu ce modèle de la part de Head après le slalom de Madonna di Campiglio en décembre.

Rossignol ne compte pas entamer de poursuite en justice, «on ne fera rien qui puisse perturber la fin de saison des athlètes», justifie M. Cercley, qui déplore «un comportement à l'encontre de la logique de fair play et de respect des coureurs et des techniciens».

Sports d'hiver

(nxp)