Ski

08 avril 2018 14:18; Act: 08.04.2018 14:18 Print

Les stars du Cirque blanc se mouillent à Verbier

par Oliver Dufour, Verbier - La 19e édition du High Five, compétition hybride mariant géant, skicross, mini kilomètre lancé et «waterslide», s’est déroulée samedi.

Sur ce sujet
Une faute?

«Défago, il est quand même obligé de détruire toutes les portes en passant…» Au sommet de la piste des Attelas, sur le domaine skiable de Verbier, Justin Murisier se marre en suivant le parcours du champion olympique de descente de 2010, sur le tracé de slalom géant de High Five. L’ambiance est comme la météo: au beau fixe pour le déroulement de cette compétition qui mélange joyeusement géant, skicross, mini-kilomètre lancé et «waterslide», c’est-à-dire la traversée en longueur d’un bassin rempli d’eau, skis aux pieds.

En cette fin de saison d’hiver, cette journée pluridisciplinaire est une rare occasion pour le commun des mortels d’évoluer sur les mêmes parcours que les vedettes de la Coupe du monde. Et ces dernières sont une jolie brochette à avoir répondu présent pour ce 19e High Five. Le ski alpin est représenté par les Valaisans Daniel Yule, Loïc Meillard, Justin Murisier, Didier Défago, Théo Gmür (triple médaillé d’or des derniers Jeux paralympiques) et Camille Rast, ainsi que la Liechtensteinoise Tina Weirather, le Bernois Beat Feuz et le Français Adrien Théaux, futur vainqueur chez les messieurs. Des as du skicross ont également fait le déplacement, comme Fanny Smith, qui l’emportera chez les dames, Sanna Lüdi, Armin Niederer et Jonas Lenherr.

«La fierté fait qu'on ne se laisse pas marcher dessus»

De leur côté, les médaillées olympiques du slopestyle de Pyeongchang, Sarah Höfflin et Mathilde Gremaud ont décidé d’assurer le spectacle. Avec le crack valaisan du freeride, Yann Rausis, elles ont fait le pari de disputer toutes les épreuves en «switch», c’est-à-dire en marche arrière sur leurs lattes. Pas si simple sur le tracé pentu du slalom géant, ni sur les bosses du cross. «Je suis tombé deux fois sur ce dernier», avoue Rausis, qui s’est cependant distingué en franchissant le bassin du «waterslide» à reculons avec une déconcertante maîtrise. Pendant que le snowboardeur Pat Burgener amuse aussi la galerie en passant l’obstacle sur sa planche, le torse nu.

Un mot revient sur toutes les lèvres: plaisir. Et les stars du Cirque blanc ne font pas semblant de s'amuser en se «tirant la bourre» entre elles, comme on peut le constater dans la vidéo ci-dessus. «On est quand même un peu compétiteurs», rigole le slalomeur Daniel Yule. «Bien sûr, on prend moins de risques qu'en Coupe du monde, mais la fierté fait qu'on ne se laisse pas marcher dessus!» Au final, amateurs et pros auront passé une journée riche en soleil et en émotions sur les pistes du Val de Bagnes.