Snowboard

06 février 2019 20:01; Act: 06.02.2019 20:01 Print

Mis à la retraite pour 5 centièmes par Caviezel

Légende du snowboard alpin, Jasey-Jay Anderson doit se résigner, à 43 ans, à mettre un terme à sa très longue carrière. Un Suisse l’a privé de financement.

storybild

Cette fois, la vénérable légende du snowboard alpin doit mettre un terme à sa carrière pour de bon. (Photo: Keystone/AP/Jacques Boissinot)

Sur ce sujet
Une faute?

Éternel, JJ Anderson? Finalement pas, non. Le snowboarder canadien faisait partie du paysage dans les épreuves internationales depuis un bail. Il avait participé aux Jeux olympiques de Nagano en 1998, puis aux cinq éditions qui ont suivi jusqu’à Pyeongchang. Cerise sur le gâteau de sa longue et belle carrière: une médaille d’or au pays, lors des JO de Vancouver en 2010, en slalom géant parallèle. Il avait ensuite pris sa retraite sportive, avant de se raviser et de revenir quelques mois plus tard. Jasey-Jay Anderson a également amassé en dix éditions de Mondiaux la bagatelle de quatre titres (en 2001, 2005 (2 fois) et 2009), pour en faire l’homme le plus titré de son sport. Et comme le natif de Val-Morin, au Québec, aime ça, il était de retour cette semaine aux championnats du monde de Park City (USA), à l’âge honorable de 43 ans.

Et l’endurant garçon aurait volontiers rempilé pour encore quelques tours de piste. Mais il va être contraint d’arrêter. Pour de bon, cette fois. La faute à un Suisse, en quelque sorte. C’est en effet le Grison Dario Caviezel qui a battu lundi la légende canadienne en 8es de finale du slalom géant parallèle. Pour seulement 5 centièmes de seconde. De quoi valoir à Anderson un 9e rang final tout à fait avouable. Mais pas pour la fédération canadienne de snowboard. Car pour continuer à bénéficier de son soutien financier d’environ 30'000 dollars, Canada Snowboard exigeait que l’athlète termine dans le top 8, rapporte le «Journal de Québec». Pour 5 centièmes, JJ Anderson a donc manqué la 8e place et sera privé d’un montant qui lui aurait permis d’envisager sereinement la saison à venir.

Mardi, dans un slalom parallèle qui n’est pas sa spécialité, Anderson a tiré sa révérence aux Mondiaux sur une 23e place. «Dans le fond, j’attendais quelque chose comme ça pour me dire: OK, c’est assez. Au moins, je pars en sachant que j’ai encore de la vitesse sous les pattes. Ce n’est pas comme si je partais quand je suis lent et que je ne suis plus capable. C’est pour ça que je pars la tête haute quand même», a-t-il confié au JdQ. «Je devrai maintenant travailler comme le commun des mortels, mais c’est correct, a rigolé l’athlète. Ça fait partie de la vie.» JJ Anderson sera encore présent lors des deux prochains rendez-vous de la Coupe du monde ce mois-ci, à Pyeongchang (CdS) puis à Secret Garden (Chine), avant de tirer la prise.

Sports d'hiver

(Sport-Center)