Ski alpin

07 août 2018 16:25; Act: 07.08.2018 16:25 Print

Murisier a placé son été sous le signe de la torture

par Florian Müller - Le Valaisan s’apprête à retrouver ses lattes et le plaisir, après avoir souffert en salle.

Sur ce sujet
Une faute?

Durant l’été, on imagine que les skieurs se la coulent douce. Mais absence de neige ne rime pas avec absence de sueur, bien au contraire. C’est le cas de Justin Murisier, qui arrive au bout de sa préparation physique, avant de s’envoler pour un mois en Nouvelle-­Zélande, où il se frottera à l’hiver austral. Avec Florian Lorimier, son préparateur physique, le Valaisan travaille dur et fort. «On jette les bases pour la saison à venir, explique le meilleur géantiste suisse. C’est le prix à payer pour avoir un corps ­solide tout l’hiver.»

Ses exercices ressemblent à de la torture pour le commun des mortels, mais relèvent de la routine pour le skieur valaisan. Lui qui a vécu de nombreuses blessures au cours de sa carrière connaît le bénéfice qu’il en retirera. «Avec Justin, on a pu travailler à fond depuis début mai, ce qui n’a pas toujours été le cas les étés précédents, explique son coach. Lorsqu’on a commencé à collaborer, on faisait de la réhabilitation: son corps avait surcompensé ses blessures. La saison passée, il a enfin pu skier sans douleur, on est sur la bonne voie. A mon avis, il n’a jamais été aussi prêt physiquement.»

Pour Murisier, l’objectif est clair: monter enfin sur un podium de Coupe du monde en géant. «Devant, il y a deux extraterrestres, Hirscher et Kristoffersen, souffle le Bagnard. Tous les autres se battent pour la dernière place sur la boîte.» Fort d’un nouveau matériel et d’un corps enfin à la hauteur de son talent, il ne doit désormais plus nourrir le moindre complexe.