Saut à Engelberg

18 décembre 2011 15:40; Act: 18.12.2011 17:14 Print

Simon Ammann abonné à la 9e place

Le Saint-Gallois termine 9e pour la troisième fois cet hiver, la deuxième fois en deux jours à Engelberg.

storybild

Ammann a réalisé un des meilleurs sauts du week-end (135,5 m), insuffisant pour le porter plus haut que la 9e place (Photo: Keystone)

Une faute?

Classé deux fois 9e lors des deux concours de saut du week-end à Engelberg, Simon Ammann n'a de loin pas répondu aux attentes. Mais il garde des raisons d'espérer: sur la seconde manche de la deuxième épreuve, il a réalisé l'un des meilleurs sauts du week-end (135,5 m), de quoi lui redonner un peu confiance avant la Tournée des Quatre-Tremplins.

Le concours de dimanche a été remporté par l'Autrichien Andreas Kofler (135 et 138 m), qui s'impose pour la quatrième fois en sept épreuves cette saison. Le Polonais Kamil Stoch se classe 2e à 3,9 points et le Norvégien Anders Bardal, vainqueur la veille, 3e à 4,2 pts.

Simon Ammann termine 9e pour la troisième fois cet hiver, la deuxième fois en deux jours à Engelberg. Le quadruple champion olympique n'a pas réussi à faire mieux pour l'instant cette saison. Un mauvais «timing» à la sortie de la table d'élan, un manque d'explosivité et une position souvent peu adéquate sur le tremplin (bassin trop haut) l'ont à chaque fois freiné, quand ce n'étaient pas les conditions atmosphériques. Mais Ammann a enfin réagi à l'occasion de sa seconde manche de dimanche: avec 135,5 m, il retrouvait un niveau digne de son standing et gagnait sept rangs par rapport à son premier passage. Sans doute son meilleur saut de la saison.

«Besoin de ce moment de bonheur»

«Un bon saut ne suffit pas encore à réaliser une bonne Tournée, mais j'avais besoin de cet instant de bonheur de la deuxième manche», a relevé Ammann, qui a levé les bras et brandi le poing comme si un déclic s'était produit. «Je reste les pieds sur terre, il me faudra de la patience et de la sensibilité pour améliorer les nombreux détails encore à régler au niveau de l'impulsion.»

L'inconvénient est que le St-Gallois devra en passer par les qualifications, coûteuses en énergie, le 29 décembre à Oberstdorf (All), première étape de la Tournée. Seuls les dix premiers de la Coupe du monde en sont exemptés, or Ammann est 11e. En revanche, le côté encourageant est que la hiérarchie se révèle beaucoup plus fluctuante et serrée cette saison que les précédentes. L'homme du Toggenburg a en tout cas une marge de progression, contrairement par exemple aux hivers 2008-09 et 2009-10 où il flirtait avec les sommets dès le début de saison.

A l'occasion du premier concours d'Engelberg, samedi, le Norvégien Anders Bardal avait fêté le deuxième succès de sa carrière, devant les Autrichiens Martin Koch et Thomas Morgenstern.

Ce week-end à Obwald a encore une fois révélé au grand jour le manque de compétitivité de la relève suisse. Ni Marco Grigoli, ni Gregor Deschwanden ne se sont qualifiés pour les concours. Ammann, quand il se retirera - il doit annoncer s'il arrête ou continue après les Mondiaux de vol à ski à Vikersund à fin février -, laissera un grand vide. La situation est très préoccupante, non seulement au niveau de l'élite mais aussi de la base, en raison du manque d'infrastructures. Les autorités rechignent à débloquer des millions pour de nouveaux tremplins, dans un sport qui ne réunit guère, hommes et dames confondus, que 140 adeptes environ en Suisse. Ce nombre stagne, en raison notamment de l'absence d'installations adéquates en dehors d'Einsiedeln (tremplin d'été) et d'Engelberg (hiver).

(ats)