Super-G de Beaver Creek

06 décembre 2008 21:33; Act: 06.12.2008 21:58 Print

Svindal up, Cuche down

Aksel Lund Svindal et Didier Cuche connaissent des destins opposés à Beaver Creek (EU).

Une faute?

Aksel Lund Svindal et Didier Cuche connaissent des destins opposés à Beaver Creek (EU). Vingt-quatre heures après sa victoire en descente, le Norvégien a remis ça en super-G, tandis que le Neuchâtelois n'a pas rebondi après sa décevante 15e place de vendredi en étant éliminé.

Gravement blessé l'an dernier dans le Colorado, Svindal s'était offert vendredi un happy end en triomphant en descente. Avec le gain du super-G, le colosse scandinave a commencé d'écrire une nouvelle histoire. Celle qui pourrait le voir devenir le meilleur skieur de l'hiver à l'heure du verdict final en mars prochain.

Au classement général de la Coupe du monde, le Norvégien a en tout cas pris les choses en main. Outre les 100 points dévolus à sa victoire, il a fait une sacrée bonne affaire en regard de la contre- performance des autres favoris, avec Bode Miller au 14e rang et les deux Suisses Didier Cuche et Daniel Albrecht éliminés à la même porte.

«Je ne veux pas penser au classement général, c'est beaucoup trop tôt dans la saison», a toutefois relativisé Svindal après sa 11e victoire sur le circuit. «Si je commence à le faire maintenant, ça va me coûter beaucoup trop d'énergie. Je veux juste profiter au jour le jour et on verra plus tard.»

Dauphin de Svindal en super-G et au classement général, Hermann Maier a fait l'éloge de son cadet de 11 ans: «Je suis heureux d'être deuxième derrière Svindal. Je le considère un peu comme mon successeur», a lâché l'Autrichien de 36 ans.

Deux jours à oublier

Du côté de Cuche, l'heure n'est pas à la rigolade. Vendredi, le Neuchâtelois avait déjà commis une grosse erreur, restant en piste mais échouant au 15e rang. Sa mauvaise trajectoire lors du super-G s'est en revanche avérée rédhibitoire. Cela faisait longtemps qu'on avait pas vu un Cuche partir à la faute deux jours de suite, lui qui est normalement un gage de régularité. Pour preuve, le Neuchâtelois n'avait plus été éliminé en super-G depuis près de trois ans.

Cuche n'aura pas beaucoup de temps pour cogiter et ruminer ses désillusions. Aujourd'hui déjà, il aura l'occasion de se racheter lors du géant, dernière course agendée à Beaver Creek. Connaissant son orgueil de champion, le Vaudruzien aura assurément une rage de vaincre décuplée dans le portillon.

Défago le métronome

Si Cuche a déçu sur la piste des «Oiseaux de proie», Didier Défago a confirmé. Le Valaisan s'est classé cinquième à 0''71 de Svindal. Le Morginois est un véritable métronome lors de cette tournée nord-américaine avec, de Lake Louise à Beaver Creek, une 8e, une 6e et deux 5es places.

Hélas pour lui, il lui manque toujours un brin de réussite pour pouvoir monter sur le podium. Concrètement, c'est 13 centièmes qui lui ont fait défaut pour rejoindre un podium occupé par le trio Svindal/Hermann Maier/Michael Walchhofer. Un écart dérisoire qu'il a laissé filer en se faisant surprendre par la porte-piège qui a fait le malheur de ses compatriotes Cuche et Albrecht.

«Cela devient un peu frustrant à la longue. Mais je sais que j'aurai encore des occasions et qu'un jour cela va tourner en ma faveur», a commenté Défago. «Quand je vois que Büchel peut encore accrocher des podiums à 37 ans (réd: 2e en descente vendredi), je me dis que j'ai encore le temps devant moi !»

Brand 27e

La performanche de Défago permet aussi à l'équipe de Suisse de poursuivre une série, celle qui fait qu'au moins un Helvète s'est classé dans le top 5 des six premières courses de l'hiver. Cela sera la seule consolation du jour pour les hommes de Martin Rufener qui, outre Défago, se sont ratés. Derrière le Valaisan, il faut remonter à la 16e place pour retrouver Tobias Grünenfelder et à la 18e pour Marc Berthod.

Quant à Olivier Brand, il a terminé 27e. Le Genevois devait sa place au départ à sa victoire au classement général du super-G en Coupe d'Europe lors de la saison dernière.

(ats)