Ski de fond

09 janvier 2016 15:15; Act: 09.01.2016 18:03 Print

Touché au mollet, Cologna rentre passer une IRM

La 7e étape à Val di Fiemme (Ita), un 15km remporté par Martin Sundby, a sonné la fin du Tour de Ski pour le Grison, victime d'une blessure musculaire

storybild

Coup dur pour le fondeur grison, dont ont ignore pour l'heure la gravité de la blessure. (Photo: Keystone/Gian Ehrenzeller)

Sur ce sujet
Une faute?

Dario Cologna a subi un terrible coup d'arrêt lors de la 7e et avant-dernière étape du Tour du Ski, un 15km en style classique à Val di Fiemme (ITA). En tête avec Martin Johnsrud Sundby au passage au 10e km, il a perdu plus de 30 secondes en l'espace d'un kilomètre puis près de 3 minutes au final (40e), finissant quasiment au ralenti, en raison probablement d'un claquage.

Les premières informations faisaient état d'un claquage au mollet gauche dont aurait été victime le Grison, qui a péniblement bouclé son chemin de croix en double poussée de bâtons sur plusieurs kilomètres. Son entourage a plus tard indiqué qu'il rentrait immédiatement à Davos pour y subir une imagerie par résonance magnétique (IRM). Celle-ci devrait déterminer la gravité de sa blessure au mollet. C'est d'autant plus frustrant que le skieur du Val Müstair s'était montré très actif dans le deuxième tiers de la course et paraissait en mesure d'aller chercher un podium. «Je me suis senti fort aujourd’hui (ndlr: samedi), a confirmé le Grison. Le matériel était très bon, donc c’est naturellement très dommage et difficile de devoir quitter le Tour de Ski sur blessure avant la dernière étape. Je dois désormais attendre de connaître les résultats de l’examen médical de demain (ndlr: dimanche) pour pouvoir décider de quoi sera fait la suite de ma planification pour la saison.»

L'impasse en Coupe du monde déjà prévue

Selon Christian Flury, le coach des fondeurs helvétiques, Cologna n'a pas aggravé sa blessure en s'évertuant à terminer l'étape - longue de 15km, en style classique - envers et contre tout. Il a bouclé son pensum en double poussée de bâtons et n'a donc pratiquement pas sollicité son mollet blessé. Le Grison avait été terrassé au moment où il forçait l'allure derrière Sundby.

De toute façon, quel que soit le diagnostic médical, le leader du fond suisse avait prévu de renoncer aux étapes de Coupe du monde de mi-janvier pour mieux se concentrer sur le 50km d'Oslo, début février. Depuis le début du Tour, le Grison n'était pas le «Super Dario» que le public avait connu lors de ses trois triomphes sur le Tour, le dernier en 2012. Mais il lorgnait encore la 3e place finale.

Sunday sans rival

La victoire est revenue de façon souveraine au Norvégien Martin Johnsrud Sundby. C'est son troisième succès d'étape sur cette compétition, qu'il domine de la tête et des épaules, avec environ trois minutes d'avance sur Petter Northug (NOR) et Alexeï Poltoranin, avant l'étape finale sur 9km de dimanche avec la montée vers l'Alpe Cermis. Sundby est double tenant du titre sur le Tour. Il a gagné cette avant-dernière étape avec 7''7 d'avance sur son compatriote Niklas Dyrhaug et 12''6 sur le Kazakh Poltoranin. Jonas Baumann a pris une encourageante 16e place.

Von Siebenthal dans le coup

La Bernoise Nathalie von Siebenthal a signé sle meilleur résultat de sa carrière avec une 11e place lors du 10 km en classique. «Cette fois, j'ai tenu bon dans la tête quand la crise menaçait» a déclaré la skieuse de Lauenen (BE), qui s'est ausi félicitée de son excellent matériel. Elle figure au 23e rang du classement général et espère pouvoir boucler son Tour dans le top 20.

A 24 ans, la Norvégienne Heidi Weng a décroché son premier succès en Coupe du monde. Elle a bien fait de ne jamais renoncer: elle était déjà montée... 37 fois sur un podium auparavant, mais jamais sur la plus haute marche.

Avant l'ultime étape dimanche, la favorite Therese Johaug se retrouve sous forte pression. La Norvégienne, 3e samedi, a encore concédé du terrain et abordera le dernier tronçon avec 38 secondes de retard au général sur sa compatriote Ingvild Flugstad Östberg.

Cette dernière, grande révélation de ce Tour, a pris la 2e place, à 0''8 de Weng. Östberg, Johaug et Weng occupent dans cet ordre les trois premières places du général.

(20 minutes/ats)