Ski alpin - Finales

19 mars 2011 17:44; Act: 20.03.2011 09:50 Print

Un bilan en clair-obscur

par Jean-Philippe Pressl-Wenger, Lenzerheide - Le Tessinois avait pris la succession d’Hugues Ansermoz à la tête de l’équipe de Suisse féminine. Au terme de sa première saison à son poste, il tire son bilan.

storybild

Mauro Pini tire le bilan de sa première année à la tête de l’équipe de Suisse féminine. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Sept podiums, pas de médaille aux Mondiaux et aucune athlète dans les 20 tant au classement du géant, pourtant la discipline de base du ski alpin, qu’à celui du slalom. De prime abord, la première saison de Mauro Pini comme entraîneur en chef des filles de Swiss-Ski n’est pas des plus reluisantes. Toutefois, des circonstances atténuantes peuvent être avancées.

«Dans le groupe de vitesse, nous avons dû compter avec le forfait de Nadia Styger pour toute la saison, a détaillé le Tessinois. Au-delà des résultats qu’elle aurait pu réaliser, elle a laissé un grand vide au niveau humain. Fabienne Suter a souvent été malade, Fränzi Aufdenblatten et Martina Schild revenaient de blessure.» Le technicien d’Airolo doit pourtant reconnaître que les performances de Lara Gut, quatre fois dans le top 3, dont une victoire (dans le super-G de Zauchensee), l’a surpris. «Quand on revient après une blessure aussi grave (n.d.l.r. luxation de la hanche), c’est rare de retrouver le haut niveau aussi vite».

En géant, la tâche du Tessinois semblait plus ardue. Ni Lara Gut, ni Fabienne Suter n’ont trouvé le rythme cette saison. Le chantier en slalom, lui, reste immense, le chef en est conscient. Il y a bien sûr Denise Feierabend, 24e mondiale entre les piquets serrés, mais c’est tout. «Nous avions presque tout à reconstruire et le but était de ramener une fille aux alentours de la 20e place mondiale, a plaidé Pini. Cet objectif est atteint».

La formation et la détection de talents a également occupé l’ancien coach du Team Gut. Avec les résultats encourageants glanés par les filles lors des Mondiaux juniors de Crans-Montana (triplé en super-combiné, argent en descente et en super-g, bronze en géant), l’avenir s’annonce plutôt bien. «A 17 ans, Wendy Holdener a du potentiel, a lâché le chef des dames de Swiss-Ski. Mais, même si elle a su se classer dans les points en Coupe du monde il reste beaucoup de travail. Je ne veux pas la vendre comme une futur star du Cirque blanc».

Plusieurs changements seront adoptés pour la saison prochaine, dans l’organisation des groupes d’entraînements notamment. Après une analyse approfondie de l’hiver qui se termine, Mauro Pini donnera les lignes directrices qui devront ramener les Suissesses au sommet en 2011/2012, particulièrement dans les disciplines techniques.

(jpw)